bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - La Conquête de Plassans

à gauche, dans les deux jardins. Il ne fit pas la moindre tentative pour encourager Mouret à continuer.
Celui-ci, qui souhaitait avec impatience que sa femme ou un de ses enfants eût la bonne idée de l'appeler,

fut soulagé, lorsqu'il vit Rose paraître sur le perron. Elle leva la tête.

- Eh bien! monsieur, cria-t-elle, ce n'est donc pas pour aujourd'hui?... Il y a un quart d'heure que la soupe
est sur la table.

- Bien! Rose, je descends, répondit-il.

Il quitta la fenêtre, s'excusant. La froideur de la chambre, qu'il avait oubliée derrière son dos, acheva de
le troubler. Elle lui parut être un grand confessionnal, avec son terrible christ noir, qui devait avoir tout

entendu. Comme l'abbé Faujas prenait congé de lui, en lui faisant un court salut silencieux, il ne put

supporter cette chute brusque de la conversation, il revint, levant les yeux vers le plafond.

- Alors, dit-il, c'est bien dans cette encoignure-là?

- Quoi donc? demanda l'abbé très-surpris.

- La tache dont vous m'avez parlé.

Le prêtre ne put cacher un sourire. De nouveau, il s'efforça de faire voir la tache à Mouret.

- Oh! je l'aperçois très-bien, maintenant, dit celui-ci. C'est convenu; dès demain, je ferai venir les
ouvriers.

Il sortit enfin. Il était encore sur le palier, que la porte s'était refermée derrière lui, sans bruit. Le silence
de l'escalier l'irrita profondément. Il descendit en murmurant:

- Ce diable d'homme! il ne demande rien et on lui dit tout!

V

Le lendemain, la vieille madame Rougon, la mère de Marthe, vint rendre visite aux Mouret. C'était là
tout un gros événement, car il y ait un peu de brouille entre le gendre et les parents de sa femme, surtout

depuis l'élection du marquis de Lagrifoul, que ceux-ci l'accusaient d'avoir fait réussir par son influence

dans les campagnes. Marthe allait seule chez ses parents. Sa mère, «cette noiraude de Félicité», comme

on la nommait, était restée, à soixante-six ans, d'une maigreur et d'une vivacité de jeune fille. Elle ne

portait plus que des robes de soie, très-chargées de volants, et affectionnait particulièrement le jaune et le

marron.

Ce jour-là, quand elle se présenta, il n'y avait que Marthe et Mouret dans la salle à manger.

- Tiens! dit ce dernier très-surpris, c'est ta mère ... Qu'est-ce qu'elle nous veut donc? Il n'y a pas un mois
qu'elle est venue.... Encore quelque manigance, c'est sûr.

Les Rougon, dont il avait été le commis, avant son mariage, lorsque leur étroite boutique du vieux
quartier sentait la faillite, étaient le sujet de ses éternelles défiances. Ils lui rendaient d'ailleurs une solide

et profonde rancune, détestant surtout en lui le commerçant qui avait fait promptement de bonnes

affaires. Quand leur gendre disait: «Moi, je ne dois ma fortune qu'à mon travail», ils pinçaient les lèvres,

ils comprenaient parfaitement qu'il les accusait d'avoir gagné la leur dans des trafics inavouables.

Félicité, malgré sa belle maison de la place de la Sous-Préfecture, enviait sourdement le petit logis

tranquille des Mouret, avec la jalousie féroce d'une ancienne marchande qui ne doit pas son aisance à ses

< page précédente | 26 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.