bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - La Conquête de Plassans

Debout, appuyé contre la cheminée, il semblait rêver, les yeux au loin. Il était le maître, il n'avait plus
besoin de mentir à ses instincts; il pouvait allonger la main, prendre la ville, la faire trembler. Cette haute

figure noire emplissait le salon. Peu à peu, les fauteuils s'étaient rapprochés, formant le cercle autour de

lui. Les hommes attendaient qu'il eût un mot de satisfaction, les femmes le sollicitaient des yeux en

esclaves soumises. Mais lui, brutalement, rompant le cercle, s'en alla le premier, en prenant congé d'une

parole brève.

Quand il rentra chez les Mouret, par l'impasse des Chevillottes et par le jardin, il trouva Marthe seule
dans la salle à manger, s'oubliant sur une chaise, contre le mur, très-pâle, regardant de ses yeux vagues la

lampe qui charbonnait. En haut, Trouche recevait, chantant une polissonnerie aimable, qu'Olympe et les

invités accompagnaient, en tapant les verres du manche des couteaux.

XX

L'abbé Faujas posa la main sur l'épaule de Marthe.

- Que faites-vous là? demanda-t-il. Pourquoi n'êtes-vous pas allée vous coucher?...Je vous avais défendu
de m'attendre.

Elle s'éveilla comme en sursaut. Elle balbutia:

- Je croyais que vous rentreriez de meilleure heure. Je me suis endormie.... Rose a dû faire du thé.

Mais le prêtre, appelant la cuisinière, la gronda de ne pas avoir forcé sa maîtresse à se coucher. Il lui
parlait sur un ton de commandement, ne souffrant pas de réplique.

- Rose, donnez le thé à monsieur le curé, dit Marthe.

- Eh! je n'ai pas besoin de thé! s'écria-t-il en se fâchant. Couchez-vous tout de suite. C'est ridicule. Je ne
suis plus mon maître.... Rose, éclairez-moi.

La cuisinière l'accompagna jusqu'au pied de l'escalier.

- Monsieur le curé sait bien qu'il n'y a pas de ma faute, disait-elle. Madame est bien drôle. Toute malade
qu'elle est, elle ne peut pas rester une heure dans sa chambre. Il faut qu'elle aille, qu'elle vienne, qu'elle

s'essouffle, qu'elle tourne pour le plaisir de tourner, sans rien faire.... Allez, j'en souffre la première; elle

est toujours dans mes jambes, â me gêner.... Puis, lorsqu'elle tombe sur une chaise, c'est pour longtemps.

Elle reste là, à regarder devant elle, d'un air effrayé, comme si elle voyait des choses abominables.... Je

lui ai dit plus de dix fois, ce soir, qu'elle vous fâcherait en ne montant pas. Elle n'a pas seulement fait

mine d'entendre.

Le prêtre prit la rampe, sans répondre. En haut, devant la chambre des Trouche, il allongea le bras,
comme pour heurter la porte du poing. Mais les chants avaient cessé; il comprit, au bruit des chaises, que

les convives se retiraient; il se hâta de rentrer chez lui. Trouche, en effet, descendit presque aussitôt avec

deux camarades ramassés sous les tables de quelque café borgne; il criait dans l'escalier qu'il savait vivre

et qu'il allait les reconduire. Olympe se pencha sur la rampe.

- Vous pouvez mettre les verrous, dit-elle à Rose. Il ne rentrera encore que demain matin.

Rose, à laquelle elle n'avait pu cacher l'inconduite de son mari, la plaignait beaucoup. Elle poussa les
verrous, grommelant:

< page précédente | 166 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.