bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - L'Argent

Ce même jour, il trouva Mme Caroline seule, dans le cabinet aux épures. Elle était debout devant une des
fenêtres, retenue là par une apparition de la comtesse de Beauvilliers et de sa fille, dans le jardin voisin, à

une heure inaccoutumée. Les deux femmes lisaient une lettre, d'un air de grande tristesse sans doute une

lettre du fils, de Ferdinand, dont la situation ne devait pas être brillante, à Rome.

" Regardez, dit Mme Caroline, en reconnaissant Saccard. Encore quelque chagrin pour ces malheureuses.
Les pauvresses, dans la rue, me font moins de peine.

- Bah ! s'écria-t-il gaiement, vous les prierez de venir me voir. Nous les enrichirons, elles aussi, puisque
nous allons faire la fortune de tout le monde. "

Et, dans sa fièvre heureuse, il chercha ses lèvres, pou les baiser. Mais, d'un mouvement brusque, elle
avait retiré la tête, devenue grave et pâlie d'un involontaire malaise.

" Non, je vous en prie. "

C'était la première fois qu'il tentait de la reprendre, depuis qu'elle s'était abandonnée à lui, dans une
minute de complète inconscience. Les affaires sérieuses arrangées, il pensait à sa bonne fortune, voulant

aussi, de ce côté, régler la situation. Ce vif mouvement de recul l'étonna.

" Bien vrai, cela vous ferait de la peine ?

- Oui, beaucoup de peine. "

Elle se calmait, elle souriait à son tour.

" D'ailleurs, avouez que vous-même n'y tenez guère.

- Oh ! moi, je vous adore.

- Non, ne dites pas ça, vous allez être si occupé ! Et puis, je vous assure que je suis prête à avoir de la
vraie amitié pour vous, si vous êtes l'homme actif que je crois, et si vous faites toutes les grandes choses

que vous dites... Voyons, c'est bien meilleur, l'amitié ! "

Il l'écoutait, souriant toujours, gêné et combattu pourtant. Elle le refusait, c'était ridicule de ne l'avoir eue
qu'une fois, par surprise. Mais sa vanité seule en souffrait.

" Alors ? amis seulement ?

- Oui, je serai votre camarade, je vous aiderai... Amis, grands amis ! "

Elle tendit ses joues, et, conquis, trouvant qu'elle avait raison, il y posa deux gros baisers.

III

La lettre du banquier russe de Constantinople, que Sigismond avait traduite, était une réponse favorable,
attendue pour mettre à Paris l'affaire en branle ; et, dès le sur-lendemain, Saccard, à son réveil, eut

l'inspiration qu'il fallait agir ce jour-là même, qu'il devait avoir, d'un, coup, avant la nuit, formé le

syndicat dont il voulait être sûr, pour placer à l'avance les cinquante mille actions de cinq cents francs de

sa société anonyme, lancée au capital de vingt-cinq millions.

En sautant du lit, il venait de trouver enfin le titre de cette société, l'enseigne qu'il cherchait depuis
longtemps. Les mots : la Banque universelle, avaient brusquement flambé devant lui, comme en

< page précédente | 43 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.