bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - L'Argent

éperdument de leurs grands yeux noirs pleins de larmes. Et, à cette minute, Saccard, ce corsaire au coeur
tanné par vingt ans de brigandage, Saccard dont l'orgueil était de n'avoir jamais senti trembler ses

jambes, de ne s'être jamais assis sur le banc, qui était là, contre le pilier, Saccard eut une défaillance et

dut s'y laisser tomber un instant. La cohue refluait toujours, menaçait de l'étouffer. Il leva la tête, dans un

besoin d'air, et il fut tout de suite debout, en reconnaissant, en haut, à la galerie du télégraphe, penchée

au-dessus de la salle, la Méchain qui dominait de son énorme personne grasse le champ de bataille. Son

vieux sac de cuir noir était posé près d'elle, sur la rampe de pierre. En attendant d'y entasser les actions

dépréciées, elle guettait les morts, telle que le corbeau vorace qui suit les armées, jusqu'au jour du

massacre.

Saccard, alors, d'un pas raffermi, s'en alla. Tout son être lui semblait vidé ; mais, par un effort de volonté
extraordinaire, il s'avançait, solide et droit. Ses sens seulement s'étaient comme émoussés, il n'avait plus

la sensation du sol, il croyait marcher sur un tapis de haute laine. De même, une brume noyait ses yeux,

une clameur faisait bourdonner ses oreilles. Tandis qu'il sortait de la Bourse et qu'il descendait le perron,

il ne reconnaissait plus les gens, c'étaient des fantômes flottants qui l'entouraient, des formes vagues, des

sons perdus. N'avait-il pas vu passer la large face grimaçante de Busch ? Ne s'était-il pas arrêté un instant

pour causer avec Nathansohn, très à l'aise, et dont la voix affaiblie lui paraissait venir de loin ? Sabatani

et Massias ne l'accompagnaient-ils pas, au milieu de la consternation générale ? il se revoyait, entouré

d'un groupe nombreux, peut-être Sédille et Maugendre encore, toutes sortes de figures qui s'effaçaient, se

transformaient. Et, comme il allait s'éloigner, se perdre dans la pluie, dans la boue liquide dont Paris était

submergé, il répéta d'une voix aiguë à tout ce monde fantomatique, mettant sa gloire dernière à montrer

sa liberté d'esprit :

" Ah ! que je suis donc contrarié de ce camélia qu'on a oublié dans ma cour, et qui est mort de froid ! "

XI

Mme Caroline, épouvantée, envoya le soir même une dépêche à son frère, qui était à Rome pour une
semaine encore ; et, trois jours après, Hamelin débarquait à Paris, accourant au danger.

L'explication fut rude, entre Saccard et l'ingénieur, rue Saint- Lazare, dans cette salle des épures, où
l'affaire, autrefois, avait été discutée et résolue avec tant d'enthousiasme. Pendant les trois jours, la

débâcle à la Bourse venait de s'aggraver terriblement, les actions de l'Universelle étaient tombées, coup

sur coup, au-dessous du pair, à 430 francs ; et la baisse continuait, l'édifice craquait et s'écroulait, d'heure

en heure.

Silencieuse, Mme Caroline écouta, évitant d'intervenir. Elle était pleine de remords, car elle s'accusait de
complicité, puisque c'était elle qui, après s'être promis de veiller, avait laissé tout faire. Au lieu de se

contenter de vendre ses titres, simplement, afin d'entraver la hausse, n'aurait-elle pas dû trouver autre

chose, prévenir les gens, agir enfin ? Dans son adoration pour son frère, son coeur saignait, à le voir ainsi

compromis, au milieu de ses grands travaux ébranlés, de toute l'oeuvre de sa vie remise en question ; et

elle souffrait d'autant plus, qu'elle ne se sentait pas libre de juger Saccard : ne l'avait-elle pas aimé,

n'était-elle pas à lui, de ce lien secret, dont elle sentait davantage la honte ? C'était, placée ainsi entre ces

deux hommes, tout un combat qui la déchirait. Le soir de la catastrophe, elle avait accablé Saccard, dans

un bel emportement de franchise, vidant un coeur de ce qu'elle y amassait depuis longtemps de reproches

et de craintes. Puis, en le voyant sourire, tenace, invaincu quand même, en songeant à la force dont il

avait besoin pour rester debout, elle s'était dit qu'elle n'avait pas le droit, après s'était montrée faible avec

lui, de l'achever, de le frapper ainsi à terre. Et, réfugiée dans le silence, apportant seulement le blâme de

< page précédente | 198 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.