bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - L'Argent

perdre tout sens réel. Le bruit courait que Gundermann, contrairement à ses habitudes de prudence, se
trouvait engagé dans d'effroyables risques, depuis des mois qu'il nourrissait la baisse, ses pertes avaient

grandi à chaque quinzaine, au fur et à mesure de la hausse, par sauts énormes ; et l'on commençait à dire

qu'il pourrait bien avoir les reins cassés. Toutes les cervelles étaient à l'envers, on s'attendait à des

prodiges.

Et, à cette minute suprême, où Saccard, au sommet, sentait trembler la terre, dans l'angoisse inavouée de
la chute, il fut roi. Lorsque sa voiture arrivait rue de Londres, devant le palais triomphal de l'Universelle,

un valet descendait vivement, étalait un tapis, qui des marches du vestibule se déroulait sur le trottoir,

jusqu'au ruisseau ; et Saccard alors daignait quitter la voiture, et il faisait son entrée, en souverain à qui

l'on épargne le commun pavé des rues.

X

A cette fin d'année, le jour de la liquidation de décembre, la grande salle de la Bourse se trouva pleine
dès midi et demi, dans une extraordinaire agitation de voix et de gestes. Depuis quelques semaines,

d'ailleurs, l'effervescence montait, et elle aboutissait à cette dernière journée de lutte, une cohue fiévreuse

où grondait déjà la décisive bataille qui allait s'engager. Dehors, il gelait terriblement ; mais un clair

soleil d'hiver pénétrait, d'un rayon oblique, par le haut vitrage, égayant tout un côté de la salle nue, aux

sévères piliers, à la voûte triste, que glaçaient encore des grisailles allégoriques ; tandis que des bouches

de calorifères, tout le long des arcades, soufflaient une haleine tiède, au milieu du courant froid des

portes grillagées, continuellement battantes.

Le baissier Moser, plus inquiet et plus jaune que de coutume, se heurta contre le haussier Pillerault,
arrogamment planté sur ses hautes jambes de héron.

" Vous savez ce qu'on dit ?... "

Mais il dut élever la voix, pour se faire entendre, dans le bruit croissant des conversations, un roulement
régulier, monotone, pareil à une clameur d'eaux débordées, coulant sans fin.

" On dit que nous aurons la guerre en avril... Ça ne peut pas finir autrement, avec ces armements
formidables. L'Allemagne ne veut pas nous laisser le temps d'appliquer la nouvelle loi militaire que va

voter la Chambre... Et, d'ailleurs, Bismarck... "

Pillerault éclata de rire.

" Fichez-moi donc la paix, vous et votre Bismarck !... Moi qui vous parle, j'ai causé cinq minutes avec
lui, cet été, quand il est venu. Il a l'air très bon garçon... Si vous n'êtes pas content, après l'écrasant succès

de l'Exposition, que vous faut-il ? Eh ! mon cher, l'Europe entière est à nous. "

Moser hocha désespérément la tête. Et, en phrases que coupaient à chaque seconde les bousculades de la
foule, il continua à dire ses craintes. L'état du marché était trop prospère, d'une prospérité pléthorique qui

ne valait rien, pas plus que la mauvaise graisse des gens trop gras. Grâce à l'Exposition, il avait poussé

trop d'affaires, on s'était engoué, on en arrivait à la pure démence du jeu. Est-ce que ce n'était pas fou, par

exemple, l'Universelle à trois mille trente ?

" Ah ! nous y voilà ! " cria Pillerault.

Et, de tout près, en accentuant chaque syllabe :

< page précédente | 176 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.