bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - L'Argent

conquérant barbare. Après Sadowa, il venait de donner l'Allemagne à la Prusse ; les traités d'alliance,
longtemps niés, étaient depuis des mois signés contre la France ; et la guerre, qui avait failli éclater en

mai, à propos de l'affaire du Luxembourg, était désormais fatale. Lorsque Saccard, triomphant, traversa

la pièce, ayant à son bras Mme de Jeumont, et suivi du mari, le comte de Bismarck s'interrompit de rire

un instant, en bon géant goguenard, pour les regarder curieusement passer.

IX

Mme Caroline, de nouveau, se trouva seule. Hamelin était resté à Paris jusqu'aux premiers jours de
novembre pour les formalités que nécessitait la constitution définitive de la société, au capital de cent

cinquante millions ; et ce fut encore lui, sur le désir de Saccard, qui alla faire chez maître Lelorrain, rue

Sainte-Anne, les déclarations légales, affirmant que toutes les actions étaient inscrites et le capital versé,

ce qui n'était pas vrai. Ensuite, il partit pour Rome, où il devait passer deux mois, ayant à y étudier de

grosses affaires, qu'il taisait, sans doute son fameux rêve du pape à Jérusalem, ainsi projet, plus pratique

et considérable, celui formation de l'Universelle en une banque catholique, s'appuyant sur les intérêts

chrétiens du monde entier, toute une vaste machine, destinée à écraser, balayer du globe la banque juive ;

et, de là, il comptait retourner une fois encore en Orient, où l'appelaient les travaux du chemin de fer de

Brousse à Beyrouth. Il s'éloignait heureux, de la rapide prospérité de la maison, convaincu de sa solidité

inébranlable, n'ayant fond que la sourde inquiétude de ce succès trop grand. Aussi, la veille de son

départ, dans la conversation qu'il avait eut avec sa soeur, ne lui fit-il qu'une recommandation pressante,

celle de résister à l'engouement général et de vendre leurs titres, si le cours de deux cent francs était

dépassé, parce qu'il entendait protester personnellement contre cette hausse continue, qu'il jugeait folle et

dangereuse.

Dès qu'elle fut seule, Mme Caroline se sentit plus troublée encore par le milieu surchauffé où elle vivait.
Vers la première semaine de novembre, on atteignit le cours de deux mille deux cents : et c'était, autour

d'elle, un ravissement, des cris de remerciement et d'espoir illimités : Dejoie venait se fondre en

gratitude, les dames de Beauvilliers la traitent en égale, en amie de dieu qui allait relever leur antique

maison. Un concert de bénédictions montait de la foule heureuse des petits et de grands, les filles enfin

dotées, les pauvres brusquement enrichis, assurés d'une retraite, les riches brûlant de l'insatiable joie

d'être plus riche encore. Au lendemain de l'Exposition, dans Paris grisé de plaisir et de puissance, l'heure

était unique, une heure de foi au bonheur, la certitude d'une chance sans fin. Toutes les valeurs avaient

monté, les moins solides trouvaient des crédules, une pléthore d'affaires véreuses gonflait le marché, le

congestionnait jusqu'à l'apoplexie, tandis que dessous, sonnait le vide, le réel épuisement d'une règne qui

avait beaucoup joui, dépensé des milliards en grands travaux, engraissé des maisons de crédit énormes,

dont les caisses béantes s'éventrait de toutes parts. Au premier craquement, c'était la débâcle. Et Mme

Caroline, sans doute, avait ce pressentiment anxieux, lorsqu'elle sentait son coeur se serrer, à chaque

nouveau bond des cours de l'Universelle. Aucune rumeur mauvaise ne courait, à peine un léger

frémissement des baissiers, étonnés et domptés. Pourtant, elle avait bien conscience d'un malaise,

quelque chose qui déjà minait l'édifice, mais quoi ? rien ne se précisait ; et elle était forcée d'attendre,

devant l'éclat du triomphe grandissant, malgré ces légères secousses d'ébranlement qui annoncent les

catastrophes.

D'ailleurs, Mme Caroline eut alors un autre ennui. A l'Oeuvre du Travail, on était enfin satisfait de
Victor, devenu silencieux et sournois ; et, si elle n'avait pas déjà tout conté à Saccard, c'était par un

singulier sentiment d'embarras, reculant de jour en jour son récit, souffrant de la honte qu'il en aurait.

D'autre part, Maxime, à qui, vers ce temps, elle rendit, de sa poche, les deux mille francs, s'égaya au sujet

< page précédente | 153 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.