bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - L'Argent

- Et puis, continua Marcelle, nous ne prenons pas de voiture, c'est si amusant de rentrer à pied, quand il
est très tard !... Ce soir, comme nous sommes riches, nous remonterons un gâteau aux amandes de vingt

sous... Fête complète, noce à tout casser ! "

Elle s'en alla, enchantée, au bras de son mari. Et Mme Caroline, qui était revenue avec eux dans
l'antichambre, avait retrouvé la force de sourire.

" Amusez-vous bien " , murmura-t-elle, la voix tremblante.

Puis, elle partit à son tour. Elle aimait Saccard, elle en emportait l'étonnement et la douleur, comme d'une
plaie honteuse qu'elle ne voulait pas montrer.

VII

Deux mois plus tard, par un après-midi gris et doux de novembre, Mme Caroline monta à la salle des
épures, tout de suite après le déjeuner, pour se mettre au travail. Son frère, alors à Constantinople, où il

s'occupait de sa grande affaire des chemins de fer d'Orient, l'avait chargée de revoir toutes les notes

prises autrefois par lui, dans leur premier voyage, puis de rédiger une sorte de mémoire, qui serait comme

un résumé historique de la question ; et, depuis deux grandes semaines, elle tâchait de s'absorber tout

entière dans cette besogne. Ce jour-là, il faisait si chaud, qu'elle laissa mourir le feu et ouvrit la fenêtre,

d'où elle regarda un instant, avant de s'asseoir, les grands arbres nus de l'hôtel Beauvilliers, violâtres sur

le ciel pâle.

Il y avait près d'une demi-heure qu'elle écrivait, lorsque le besoin d'un document l'égara dans une longue
recherche, parmi les dossiers entassés sur sa table. Elle se leva, alla remuer d'autres papiers, revint

s'asseoir, les mains pleines ; et, comme elle classait des feuilles volantes, elle tomba sur des images de

sainteté, une vue enluminée du Saint-Sépulcre, une prière encadrée des instruments de la Passion,

souveraine pour assurer le salut, dans les moments de détresse où l'âme est en danger. Alors, elle se

souvint, son frère avait acheté ces images à Jérusalem, en grand enfant pieux. Une émotion soudaine la

saisit, des larmes mouillèrent ses joues. Ah ! ce frère, si intelligent, si longtemps méconnu, qu'il était

heureux de croire, de ne pas sourire devant ce Saint-Sépulcre naïf pour boîte à bonbons, de puiser une

sereine force dans sa foi à l'efficacité de cette prière, rimée en vers de confiseur ! Elle le revoyait trop

confiant, trop facile à se laisser duper peut-être, mais si droit, si tranquille, sans une révolte, sans une

lutte même. Et elle qui, depuis deux mois, luttait et souffrait, elle qui ne croyait plus, brûlée de lectures,

dévastée de raisonnements, avec quelle ardeur elle souhaitait, aux heures de faiblesse, d'être restée simple

et ingénue comme lui, au point de pouvoir endormir son coeur saignant, en répétant trois fois, matin et

soir, l'oraison enfantine que les clous et la lance, la couronne et l'éponge de la Passion entouraient !

Au lendemain du hasard brutal qui lui avait appris la liaison de Saccard et de la baronne Sandorff, elle
s'était raidie de toute sa volonté, pour résister au besoin de les surveiller et de savoir. Elle n'était point la

femme de cet homme, elle ne voulait point être sa maîtresse passionnée jalouse jusqu'au scandale ; et sa

misère était qu'elle continuait à ne pas se refuser, dans leur intimité de chaque heure. Cela venait de la

façon paisible, simplement affectueuse, dont elle avait d'abord considéré leur aventure : une amitié ayant

abouti fatalement au don de la personne, comme il arrive entre homme et femme. Elle n'avait plus vingt

ans, elle était devenue d'une grande tolérance, après la dure expérience de son mariage. A trente-six ans

étant si sage, se croyant sans illusions, ne pouvait-elle donc fermer les yeux, se conduire plus en mère

qu'en amante, à l'égard de cet ami auquel elle s'était résignée sur le tard, dans une minute d'absence

morale, et qui, lui aussi, avait singulièrement dépassé l'âge des héros ? Parfois, elle répétait qu'on

< page précédente | 120 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.