bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Germinal

endormis dans sa pauvreté, se révélèrent, lui firent acheter des vêtements de drap. Il se paya une paire de
bottes fines, et du coup il passa chef, tout le coron se groupa autour de lui. Ce furent des satisfactions

d'amour-propre délicieuses, il se grisa de ces premières jouissances de la popularité: être à la tête des

autres, commander, lui si jeune et qui la veille encore était un manoeuvre, l'emplissait d'orgueil,

agrandissait son rêve d'une révolution prochaine, où il jouerait un rôle. Son visage changea, il devint

grave, il s'écouta parler; tandis que son ambition naissante enfiévrait ses théories et le poussait aux idées

de bataille.

Cependant, l'automne s'avançait, les froids d'octobre avaient rouillé les petits jardins du coron. Derrière
les lilas maigres, les galibots ne culbutaient plus les herscheuses sur le carin; et il ne restait que les

légumes d'hiver, les choux perlés de gelée blanche, les poireaux et les salades de conserve. De nouveau,

les averses battaient les tuiles rouges, coulaient dans les tonneaux, sous les gouttières, avec des bruits de

torrent. Dans chaque maison, le feu ne refroidissait pas, chargé de houille, empoisonnant la salle close.

C'était encore une saison de grande misère qui commençait.

En octobre, par une de ces premières nuits glaciales, Etienne, fiévreux d'avoir parlé, en bas, ne put
s'endormir. Il avait regardé Catherine se glisser sous la couverture, puis souffler la chandelle. Elle

paraissait toute secouée, elle aussi, tourmentée d'une de ces pudeurs qui la faisaient encore se hâter

parfois, si maladroitement, qu'elle se découvrait davantage. Dans l'obscurité, elle restait comme morte;

mais il entendait qu'elle ne dormait pas non plus; et, il le sentait, elle songeait à lui, ainsi qu'il songeait à

elle: jamais ce muet échange de leur être ne les avait emplis d'un tel trouble. Des minutes s'écoulèrent, ni

lui ni elle ne remuait, leur souffle s'embarrassait seulement, malgré leur effort pour le retenir. A deux

reprises, il fut sur le point de se lever et de la prendre. C'était imbécile, d'avoir un si gros désir l'un de

l'autre, sans jamais se contenter. Pourquoi donc bouder ainsi contre leur envie? Les enfants dormaient,

elle voulait bien tout de suite, il était certain qu'elle l'attendait en étouffant, qu'elle refermerait les bras sur

lui, muette, les dents serrées. Près d'une heure se passa. Il n'alla pas la prendre, elle ne se retourna pas, de

peur de l'appeler. Plus ils vivaient côte à côte, et plus une barrière s'élevait, des hontes, des répugnances,

des délicatesses d'amitié, qu'ils n'auraient pu expliquer eux-mêmes.

III, IV

- Ecoute, dit la Maheude à son homme, puisque tu vas à Montsou pour la paie, rapporte-moi donc une
livre de café et un kilo de sucre.

Il recousait un de ses souliers, afin d'épargner le raccommodage.

- Bon! murmura-t-il, sans lâcher sa besogne.

- Je te chargerais bien de passer aussi chez le boucher... Un morceau de veau, hein? il y a si longtemps
qu'on n'en a pas vu.

Cette fois, il leva la tête.

- Tu crois donc que j'ai à toucher des mille et des cents.... La quinzaine est trop maigre, avec leur sacrée
idée d'arrêter constamment le travail.

Tous deux se turent. C'était après le déjeuner, un samedi de la fin d'octobre. La Compagnie, sous le
prétexte du dérangement causé par la paie, avait encore, ce jour-là, suspendu l'extraction, dans toutes ses

fosses. Saisie de panique devant la crise industrielle qui s'aggravait, ne voulant pas augmenter son stock

< page précédente | 95 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.