bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Germinal

servir de la bière.

- Nom de Dieu! on ne s'amuse pas si souvent! gueulait-il.

Jusqu'à dix heures, on resta. Des femmes arrivaient toujours, pour rejoindre et emmener leurs hommes;
des bandes d'enfants suivaient à la queue; et les mères ne se gênaient plus, sortaient des mamelles

longues et blondes comme des sacs d'avoine, barbouillaient de lait les poupons joufflus; tandis que les

petits qui marchaient déjà, gorgés de bière et à quatre pattes sous les tables, se soulageaient sans honte.

C'était une mer montante de bière, les tonnes de la veuve Désir éventrées, la bière arrondissant les

panses, coulant de partout, du nez, des yeux et d'ailleurs. On gonflait si fort, dans le tas, que chacun avait

une épaule ou un genou qui entrait chez le voisin, tous égayés, épanouis de se sentir ainsi les coudes. Un

rire continu tenait les bouches ouvertes, fendues jusqu'aux oreilles. Il faisait une chaleur de four, on

cuisait, on se mettait à l'aise, la chair dehors, dorée dans l'épaisse fumée des pipes; et le seul inconvénient

était de se déranger, une fille se levait de temps à autre, allait au fond, près de la pompe, se troussait, puis

revenait. Sous les guirlandes de papier peint, les danseurs ne se voyaient plus, tellement ils suaient; ce

qui encourageait les galibots à culbuter les herscheuses, au hasard des coups de reins. Mais, lorsqu'une

gaillarde tombait avec un homme par- dessus elle, le piston couvrait leur chute de sa sonnerie enragée, le

branle des pieds les roulait, comme si le bal se fût éboulé sur eux.

Quelqu'un, en passant, avertit Pierron que sa fille Lydie dormait à la porte, en travers du trottoir. Elle
avait bu sa part de la bouteille volée, elle était saoule, et il dut l'emporter à son cou, pendant que Jeanlin

et Bébert, plus solides, le suivaient de loin, trouvant ça très farce. Ce fut le signal du départ, des familles

sortirent du Bon-Joyeux, les Maheu et les Levaque se décidèrent à retourner au coron. A ce moment, le

père Bonnemort et le vieux Mouque, quittaient aussi Montsou, du même pas de somnambules, entêtés

dans le silence de leurs souvenirs. Et l'on rentra tous ensemble, on traversa une dernière fois la ducasse,

les poêles de friture qui se figeaient, les estaminets d'où les dernières chopes coulaient en ruisseaux,

jusqu'au milieu de la route. L'orage menaçait toujours, des rires montèrent, dès qu'on eut quitté les

maisons éclairées, pour se perdre dans la campagne noire. Un souffle ardent sortait des blés mûrs, il dut

se faire beaucoup d'enfants, cette nuit-là. On arriva débandé au coron. Ni les Levaque ni les Maheu ne

soupèrent avec appétit, et ceux-ci dormaient en achevant leur bouilli du matin.

Etienne avait emmené Chaval boire encore chez Rasseneur.

- J'en suis! dit Chaval, quand le camarade lui eut expliqué l'affaire de la caisse de prévoyance. Tape
là-dedans, tu es un bon!

Un commencement d'ivresse faisait flamber les yeux d'Etienne. Il cria:

- Oui, soyons d'accord... Vois-tu, moi, pour la justice je donnerais tout, la boisson et les filles. Il n'y a
qu'une chose qui me chauffe le coeur, c'est l'idée que nous allons balayer les bourgeois.

III, III

Vers le milieu d'août, Etienne s'installa chez les Maheu, lorsque Zacharie marié put obtenir de la
Compagnie, pour Philomène et ses deux enfants, une maison libre du coron; et, dans les premiers temps,

le jeune homme éprouva une gêne en face de Catherine.

C'était une intimité de chaque minute, il remplaçait partout le frère aîné, partageait le lit de Jeanlin,
devant le lit de la grande soeur. Au coucher, au lever, il devait se déshabiller, se rhabiller près d'elle, la

< page précédente | 89 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.