bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Germinal

I, V

Maheu, sans regarder à sa montre laissée dans sa veste, s'arrêta et dit:

- Bientôt une heure... Zacharie, est-ce fait?

Le jeune homme boisait depuis un instant. Au milieu de sa besogne, il était resté sur le dos, les yeux
vagues, rêvassant aux parties de crosse qu'il avait faites la veille. Il s'éveilla, il répondit:

- Oui, ça suffira, on verra demain.

Et il retourna prendre sa place à la taille. Levaque et Chaval, eux aussi, lâchaient la rivelaine. Il y eut un
repos. Tous s'essuyaient le visage sur leurs bras nus, en regardant la roche du toit, dont les masses

schisteuses se fendillaient. Ils ne causaient guère que de leur travail.

- Encore une chance, murmura Chaval, d'être tombé sur des terres qui déboulent!... Ils n'ont pas tenu
compte de ça, dans le marchandage.

- Des filous! grogna Levaque. Ils ne cherchent qu'à nous foutre dedans.

Zacharie se mit à rire. Il se fichait du travail et du reste, mais ça l'amusait d'entendre empoigner la
Compagnie. De son air placide, Maheu expliqua que la nature des terrains changeait tous les vingt

mètres. Il fallait être juste, on ne pouvait rien prévoir. Puis, les deux autres continuant à déblatérer contre

les chefs, il devint inquiet, il regarda autour de lui.

- Chut! en voilà assez!

- Tu as raison, dit Levaque, qui baissa également la voix. C'est malsain.

Une obsession des mouchards les hantait, même à cette profondeur, comme si la houille des actionnaires,
encore dans la veine, avait eu des oreilles.

- N'empêche, ajouta très haut Chaval d'un air de défi, que si ce cochon de Dansaert me parle sur le ton de
l'autre jour, je lui colle une brique dans le ventre... Je ne l'empêche pas, moi, de se payer les blondes qui

ont la peau fine.

Cette fois, Zacharie éclata. Les amours du maître-porion et de la Pierronne étaient la continuelle
plaisanterie de la fosse. Catherine elle-même, appuyée sur sa pelle, en bas de la taille, se tint les côtes et

mit d'une phrase Etienne au courant; tandis que Maheu se fâchait, pris d'une peur qu'il ne cachait plus.

- Hein? tu vas te taire!... Attends d'être tout seul, si tu veux qu'il t'arrive du mal.

Il parlait encore, lorsqu'un bruit de pas vint de la galerie supérieure. Presque aussitôt, l'ingénieur de la
fosse, le petit Négrel, comme les ouvriers le nommaient entre eux, parut en haut de la taille, accompagné

de Dansaert, le maître-porion.

- Quand je le disais! murmura Maheu. Il y en a toujours là, qui sortent de la terre.

Paul Négrel, neveu de M. Hennebeau, était un garçon de vingt-six ans, mince et joli, avec des cheveux
frisés et des moustaches brunes. Son nez pointu, ses yeux vifs, lui donnaient un air de furet aimable,

d'une intelligence sceptique, qui se changeait en une autorité cassante, dans ses rapports avec les

ouvriers. Il était vêtu comme eux, barbouillé comme eux de charbon; et, pour les réduire au respect, il

< page précédente | 29 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.