bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Germinal

parti, elles m'ont accompagné jusqu'à Pont-l'Abbé. Nous avions pris le cheval aux Lepalmec, il a failli se
casser les jambes en bas de la descente d'Audierne. Le cousin Charles nous attendait avec des saucisses,

mais les femmes pleuraient trop, ça nous restait dans la gorge... Ah! mon Dieu! ah! mon Dieu! comme

c'est loin, chez nous!

Ses yeux se mouillaient, sans qu'il cessât de rire. La lande déserte de Plogof, cette sauvage pointe du Raz
battue des tempêtes, lui apparaissait dans un éblouissement de soleil, à la saison rose des bruyères.

- Dites donc, demanda-t-il, si je n'ai pas de punitions, est-ce que vous croyez qu'on me donnera une
permission d'un mois, dans deux ans?

Alors, Etienne parla de la Provence, qu'il avait quittée tout petit. Le jour grandissait, des flocons de neige
commençaient à voler dans le ciel terreux. Et il finit par être pris d'inquiétude, en apercevant Jeanlin qui

rôdait au milieu des ronces, l'air stupéfait de le voir là-haut. D'un geste, l'enfant le hélait. A quoi bon ce

rêve de fraterniser avec les soldats? Il faudrait des années et des années encore, sa tentative inutile le

désolait, comme s'il avait compté réussir. Mais, brusquement, il comprit le geste de Jeanlin: on venait

relever la sentinelle; et il s'en alla, il rentra en courant se terrer à Réquillart, le coeur crevé une fois de

plus par la certitude de la défaite; pendant que le gamin, galopant près de lui, accusait cette sale rosse de

troupier d'avoir appelé le poste pour tirer sur eux.

Au sommet du terri, Jules était resté immobile, les regards perdus dans la neige qui tombait. Le sergent
s'approchait avec ses hommes, les cris réglementaires furent échangés.

- Qui vive?... Avancez au mot de ralliement!

Et l'on entendit les pas lourds repartir, sonnant comme en pays conquis. Malgré le jour grandissant, rien
ne bougeait dans les corons, les charbonniers se taisaient et s'enrageaient, sous la botte militaire.

VI, II

Depuis deux jours, la neige tombait; elle avait cessé le matin, une gelée intense glaçait l'immense nappe;
et ce pays noir, aux routes d'encre, aux murs et aux arbres poudrés des poussières de la houille, était tout

blanc, d'une blancheur unique, à l'infini. Sous la neige, le coron des Deux-Cent-Quarante gisait, comme

disparu. Pas une fumée ne sortait des toitures. Les maisons sans feu, aussi froides que les pierres des

chemins, ne fondaient pas l'épaisse couche des tuiles. Ce n'était plus qu'une carrière de dalles blanches,

dans la plaine blanche, une vision de village mort, drapé de son linceul. Le long des rues, les patrouilles

qui passaient avaient seules laissé le gâchis boueux de leur piétinement.

Chez les Maheu, la dernière pelletée d'escarbilles était brûlée depuis la veille; et il ne fallait plus songer à
la glane sur le terri, par ce terrible temps, lorsque les moineaux eux-mêmes ne trouvaient pas un brin

d'herbe. Alzire, pour s'être entêtée, ses pauvres mains fouillant la neige, se mourait. La Maheude avait dû

l'envelopper dans un lambeau de couverture, en attendant le docteur Vanderhaghen, chez qui elle était

allée deux fois déjà, sans pouvoir le rencontrer; la bonne venait cependant de promettre que Monsieur

passerait au coron avant la nuit, et la mère guettait, debout devant la fenêtre, tandis que la petite malade,

qui avait voulu descendre, grelottait sur une chaise, avec l'illusion qu'il faisait meilleur là, près du

fourneau refroidi. Le vieux Bonnemort, en face, les jambes reprises, semblait dormir. Ni Lénore ni Henri

n'étaient rentrés, battant les routes en compagnie de Jeanlin, pour demander des sous. Au travers de la

pièce nue, Maheu seul marchait pesamment, butait à chaque tour contre le mur, de l'air stupide d'une bête

qui ne voit plus sa cage. Le pétrole aussi était fini; mais le reflet de la neige, au-dehors, restait si blanc,

< page précédente | 210 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.