bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Germinal

l'humanité, ils ne lui retireraient pas une peine, en coupant à chacun sa tartine. Même ils élargiraient le
malheur de la terre, ils feraient un jour hurler jusqu'aux chiens de désespoir, lorsqu'ils les auraient sortis

de la tranquille satisfaction des instincts, pour les hausser à la souffrance inassouvie des passions. Non, le

seul bien était de ne pas être, et, si l'on était, d'être l'arbre, d'être la pierre, moins encore, le grain de sable,

qui ne peut saigner sous le talon des passants.

Et, dans son exaspération de son tourment, des larmes gonflèrent les yeux de M. Hennebeau, crevèrent en
gouttes brûlantes le long de ses joues. Le crépuscule noyait la route, lorsque des pierres commencèrent à

cribler la façade de l'hôtel. Sans colère maintenant contre ces affamés, enragé seulement par la plaie

cuisante de son coeur, il continuait à bégayer au milieu de ses larmes:

- Les imbéciles! les imbéciles!

Mais le cri du ventre domina, un hurlement souffla en tempête, balayant tout.

- Du pain! du pain! du pain!

V, VI

Etienne, dégrisé par les gifles de Catherine, était resté à la tête des camarades. Mais, pendant qu'il les
jetait sur Montsou, d'une voix enrouée, il entendait une autre voix en lui, une voix de raison qui

s'étonnait, qui demandait pourquoi tout cela. Il n'avait rien voulu de ces choses, comment pouvait-il se

faire que, parti pour Jean-Bart dans le but d'agir froidement et d'empêcher un désastre, il achevât la

journée, de violence en violence, par assiéger l'hôtel du directeur?

C'était bien lui cependant qui venait de crier: halte! Seulement, il n'avait d'abord eu que l'idée de protéger
les Chantiers de la Compagnie, où l'on parlait d'aller tout saccager. Et, maintenant que des pierres

éraflaient déjà la façade de l'hôtel, il cherchait, sans la trouver, sur quelle proie légitime il devait lancer la

bande, afin d'éviter de plus grands malheurs. Comme il demeurait seul ainsi, impuissant au milieu de la

route, quelqu'un l'appela, un homme debout sur le seuil de l'estaminet Tison, dont la cabaretière s'était

hâtée de mettre les volets, en ne hissant libre que la porte.

- Oui, c'est moi... Ecoute donc.

C'était Rasseneur. Une trentaine d'hommes et de femmes, presque tous du coron des
Deux-Cent-Quarante, restés chez eux le matin et venus le soir aux nouvelles, avaient envahi cet

estaminet, à l'approche des grévistes. Zacharie occupait une table avec sa femme Philomène. Plus loin,

Pierron et la Pierronne, tournant le dos, se cachaient le visage. D'ailleurs, personne ne buvait, on s'était

abrité, simplement.

Etienne reconnut Rasseneur, et il s'écartait, lorsque celui-ci ajouta:

- Ma vue te gêne, n'est-ce pas?... Je t'avais prévenu, les embêtements commencent. Maintenant, vous
pouvez réclamer du pain, c'est du plomb qu'on vous donnera.

Alors, il revint, il répondit:

- Ce qui me gêne, ce sont les lâches qui, les bras croisés, nous regardent risquer notre peau.

- Ton idée est donc de piller en face? demanda Rasseneur.

< page précédente | 195 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.