bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Germinal

pouvait en casser encore, pour empêcher les derniers de sortir, lorsque d'autres respiraient déjà là-haut,
achevait de les rendre fous. Et, comme un nouvel arrêt se produisait, des jurons éclatèrent, tous

continuèrent à monter, se bousculant, passant sur les corps, à qui arriverait quand même.

Alors, Catherine tomba. Elle avait crié le nom de Chaval, dans un appel désespéré. Il n'entendit pas, il se
battait, il enfonçait les côtes d'un camarade, à coups de talon, pour être avant lui. Elle fut roulée, piétinée.

Dans son évanouissement, elle rêvait: il lui semblait qu'elle était une des petites herscheuses de jadis, et

qu'un morceau de charbon, glissé d'un panier, au-dessus d'elle, venait de la jeter en bas du puits, ainsi

qu'un moineau atteint d'un caillou. Cinq échelles seulement restaient à gravir, on avait mis près d'une

heure. Jamais elle ne sut comment elle était arrivée au jour, portée par des épaules, maintenue par

l'étranglement du goyot. Brusquement, elle se trouva dans un éblouissement de soleil, au milieu d'une

foule hurlante qui la huait.

V, III

Dès le matin, avant le jour, un frémissement avait agité les corons, ce frémissement qui s'enflait à cette
heure par les chemins, dans la campagne entière. Mais le départ convenu n'avait pu avoir lieu, une

nouvelle se répandait, des dragons et des gendarmes battaient la plaine. On racontait qu'ils étaient arrivés

de Douai pendant la nuit, on accusait Rasseneur d'avoir vendu les camarades, en prévenant M.

Hennebeau; même une herscheuse jurait qu'elle avait vu passer le domestique, qui portait la dépêche au

télégraphe. Les mineurs serraient les poings, guettaient les soldats, derrière leurs persiennes, à la clarté

pâle du petit jour.

Vers sept heures et demie, comme le soleil se levait, un autre bruit circula, rassurant les impatients.
C'était une fausse alerte, une simple promenade militaire, ainsi que le général en ordonnait parfois depuis

la grève, sur le désir du préfet de Lille. Les grévistes exécraient ce fonctionnaire, auquel ils reprochaient

de les avoir trompés par la promesse d'une intervention conciliante, qui se bornait, tous les huit jours, à

faire défiler les troupes dans Montsou, pour les tenir en respect. Aussi, lorsque les` dragons et les

gendarmes reprirent tranquillement le chemin de Marchiennes, après s'être contentés d'assourdir les

corons du trot de leurs chevaux sur la terre dure, les mineurs se moquèrent-ils de cet innocent de préfet,

avec ses soldats qui tournaient les talons, quand les choses allaient chauffer. Jusqu'à neuf heures, ils se

firent du bon sang, l'air paisible, devant les maisons, tandis qu'ils suivaient des yeux, sur le pavé, les dos

débonnaires des derniers gendarmes. Au fond de leurs grands lits, les bourgeois de Montsou dormaient

encore, la tête dans la plume. A la Direction, on venait de voir Mme Hennebeau partir en voiture, laissant

M. Hennebeau au travail sans doute, car l'hôtel, clos et muet, semblait mort. Aucune fosse ne se trouvait

gardée militairement, c'était l'imprévoyance fatale à l'heure du danger, la bêtise naturelle des

catastrophes, tout ce qu'un gouvernement peut commettre de fautes, dès qu'il s'agit d'avoir l'intelligence

des faits. Et neuf heures sonnaient, lorsque les charbonniers prirent enfin la route de Vandame, pour se

rendre au rendez-vous décidé la veille, dans la forêt.

D'ailleurs, Etienne comprit tout de suite qu'il n'aurait point, là-bas, à Jean-Bart, les trois mille camarades
sur lesquels il comptait. Beaucoup croyaient la manifestation remise, et le pis était que deux ou trois

bandes, déjà en chemin, allaient compromettre la cause, s'il ne se mettait pas quand même à leur tête.

Près d'une centaine, partis avant le jour, avaient dû se réfugier sous les hêtres de la forêt, en attendant les

autres. Souvarine, que le jeune homme monta consulter, haussa les épaules: dix gaillards résolus faisaient

plus de besogne qu'une foule; et il se replongea dans un livre ouvert devant lui, il refusa d'en être. Cela

menaçait de tourner encore au sentiment, lorsqu'il aurait suffi de brûler Montsou, ce qui était très simple.

< page précédente | 174 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.