bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Germinal

le dos, une autre lui coupa la queue; et, malgré l'ombre croissante, elle y serait restée, si les galopins
n'avaient aperçu, au centre d'une clairière, Etienne et Maheu debout. Eperdument ils se jetèrent sur la

bête, la rentrèrent encore dans le panier. Presque à la même minute, Zacharie, Mouquet et les deux

autres, donnant le dernier coup de crosse, lançaient la cholette, qui roula à quelques mètres de la clairière.

Ils tombaient tous en plein rendez-vous.

Dans le pays entier, par les routes, par les sentiers de la plaine rase, c'était, depuis le crépuscule, un long
acheminement, un ruissellement d'ombres silencieuses, filant isolées, s'en allant par groupes, vers les

futaies violâtres de la forêt. Chaque coron se vidait, les femmes et les enfants eux-mêmes partaient

comme pour une promenade, sous le grand ciel clair. Maintenant, les chemins devenaient obscurs, on ne

distinguait plus cette foule en marche, qui se glissait au même but, on la sentait seulement, piétinante,

confuse, emportée d'une seule âme. Entre les haies, parmi les buissons, il n'y avait qu'un frôlement léger,

une vague rumeur des voix de la nuit.

M. Hennebeau, qui justement rentrait à cette heure, monté sur sa jument, prêtait l'oreille à ces bruits
perdus. Il avait rencontré des couples, tout un lent défilé de promeneurs, par cette belle soirée d'hiver.

Encore des galants qui allaient, la bouche sur la bouche, prendre du plaisir derrière les murs. N'étaient-ce

pas là ses rencontres habituelles, des filles culbutées au fond de chaque fossé, des gueux se bourrant de la

seule joie qui ne coûtait rien? Et ces imbéciles se plaignaient de la vie, lorsqu'ils avaient, à pleines

ventrées, cet unique bonheur de s'aimer! Volontiers, il aurait crevé de faim comme eux, s'il avait pu

recommencer l'existence avec une femme qui se serait donnée à lui sur des cailloux, de tous ses reins et

de tout son coeur. Son malheur était sans consolation, il enviait ces misérables. La tête basse, il rentrait,

au pas ralenti de son cheval, désespéré par ces longs bruits, perdus au fond de la campagne noire, et où il

n'entendait que des baisers.

IV, VII

C'était au Plan-des-Dames, dans cette vaste clairière qu'une coupe de bois venait d'ouvrir. Elle
s'allongeait en une pente douce, ceinte d'une haute futaie, des hêtres superbes, dont les troncs, droits et

réguliers, l'entouraient d'une colonnade blanche, verdie de lichens; et des géants abattus gisaient encore

dans l'herbe, tandis que, vers la gauche, un tas de bois débité alignait son cube géométrique. Le froid

s'aiguisait avec le crépuscule, les mousses gelées craquaient sous les pas. Il faisait nuit noire à terre, les

branches hautes se découpaient sur le ciel pâle, où la lune pleine, montant à l'horizon, allait éteindre les

étoiles.

Près de trois mille charbonniers étaient au rendez-vous, une foule grouillante, des hommes, des femmes,
des enfants emplissant peu à peu la clairière, débordant au loin sous les arbres; et des retardataires

arrivaient toujours, le flot des têtes, noyé d'ombre, s'élargissait jusqu'aux taillis voisins. Un grondement

en sortait, pareil à un vent d'orage, dans cette forêt immobile et glacée.

En haut, dominant la pente, Etienne se tenait, avec Rasseneur et Maheu. Une querelle s'était élevée, on
entendait leurs voix, par éclats brusques. Près d'eux, des hommes les écoutaient: Levaque les poings

serrés Pierron tournant le dos, très inquiet de n'avoir pu prétexter des fièvres plus longtemps; et il y avait

aussi le père Bonnemort et le vieux Mouque, côte à côte, sur une souche, l'air profondément réfléchi.

Puis, derrière, les blagueurs étaient là, Zacharie, Mouquet, d'autres encore, venus pour rire; tandis que

recueillies au contraire, graves ainsi qu'à l'église, des femmes se mettaient en groupe. La Maheude,

muette, hochait la tête aux sourds jurons de la Levaque. Philomène toussait, reprise de sa bronchite

depuis l'hiver. Seule, la Mouquette riait à belles dents, égayée par la façon dont la Brûlé traitait sa fille,

< page précédente | 154 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.