bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Germinal

- Voilà tout ce que j'ai trouvé, dit-il.

Chez la Mouquette, le pain manquait également: c'était son dîner qu'elle lui avait mis de force dans ce
torchon, en le baisant de tout son coeur.

- Merci, répondit-il à la Maheude qui lui offrait sa part. J'ai mangé là-bas.

Il mentait, il regardait d'un air sombre les enfants se jeter sur la nourriture. Le père et la mère, eux aussi,
se retenaient, afin d'en laisser davantage; mais le vieux, goulûment, avalait tout. On dut lui reprendre une

pomme de terre pour Alzire.

Alors, Etienne dit qu'il avait appris des nouvelles. La Compagnie, irritée de l'entêtement des grévistes,
parlait de rendre leurs livrets aux mineurs compromis. Elle voulait la guerre, décidément. Et un bruit plus

grave circulait elle se vantait d'avoir décidé un grand nombre d'ouvriers à redescendre: le lendemain, la

Victoire et Feutry-Cantel devaient être au complet; même il y aurait, à Madeleine et à Mirou, un tiers des

hommes. Les Maheu furent exaspérés.

- Nom de Dieu! cria le père, s'il y a des traîtres, faut régler leur compte!

Et, debout, cédant à l'emportement de sa souffrance:

- A demain soir, dans la forêt!... Puisqu'on nous empêche de nous entendre au Bon-Joyeux, c'est dans la
forêt que nous serons chez nous.

Ce cri avait réveillé le vieux Bonnemort, que sa gloutonnerie assoupissait. C'était le cri ancien de
ralliement, le rendez-vous où les mineurs de jadis allaient comploter leur résistance aux soldats du roi.

- Oui, oui, à Vandame! J'en suis, si l'on va là-bas!

La Maheude eut un geste énergique.

- Nous irons tous. Ca finira, ces injustices et ces traîtrises!

Etienne décida que le rendez-vous serait donné à tous les corons, pour le lendemain soir. Mais le feu était
mort, comme chez les Levaque, et la chandelle brusquement s'éteignit. Il n'y avait plus de houille, plus de

pétrole, il fallut se coucher à tâtons, dans le grand froid qui pinçait la peau. Les petits pleuraient.

IV, VI

Jeanlin, guéri, marchait à présent; mais ses jambes étaient si mal recollées, qu'il boitait de la droite et de
la gauche; et il fallait le voir filer d'un train de canard, courant aussi fort qu'autrefois, avec son adresse de

bête malfaisante et voleuse.

Ce soir-là, au crépuscule, sur la route de Réquillart, Jeanlin, accompagné de ses inséparables, Bébert et
Lydie, faisait le guet. Il s'était embusqué dans un terrain vague, derrière une palissade, en face d'une

épicerie borgne, plantée de travers à l'encoignure d'un sentier. Une vieille femme, presque aveugle, y

étalait trois ou quatre sacs de lentilles et de haricots, noirs de poussière; et c'était une antique morue

sèche, pendue à la porte, chinée de chiures de mouche, qu'il couvait de ses yeux minces. Déjà deux fois,

il avait lancé Bébert, pour aller la décrocher. Mais, chaque fois, du monde avait paru, au coude du

chemin. Toujours des gêneurs, on ne pouvait pas faire ses affaires!

Un monsieur à cheval déboucha, et les enfants s'aplatirent au pied de la palissade, en reconnaissant M.

< page précédente | 146 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.