bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Gaboriau - Les gens de bureau

Au fond de la galerie, Caldas trouva deux autres personnages, toujours en marron-clair, qui prenaient leur
café.

Jugeant l'occurrence favorable pour glisser sa requête, le nouveau tendit à l'un de ces messieurs sa lettre
tout ouverte.

Le moka était réussi, le monsieur de bonne humeur; il invita Caldas à s'asseoir sur une banquette, et
posant méthodiquement la lettre d'avis sous un presse-papier, continua à vaguer sans façon à ses

occupations gastronomiques.

Au bout de trois petits quarts d'heure, comme Romain se demandait s'il ne ferait pas mieux d'aller rendre
à Krugenstern les habits qu'il lui avait confiés pour faire fortune, le garçon de bureau qui s'était montré si

bienveillant pour lui reprit en hochant la tête:

- Monsieur, le chef du personnel ne reçoit jamais avant deux heures.

- Diable! dit Caldas, il n'est pas encore midi.

- Oh! vous pouvez rester, vous ne nous gênez pas...

On étouffait dans cette galerie, mais il gelait dehors; Caldas resta.

Cette couple d'heures ne fut pas d'ailleurs inutile à son apprentissage administratif. Il avait eu jusqu'alors
des idées tout à fait anglaises sur la valeur du temps, l'oisiveté si occupée de ces fonctionnaires

marron-clair fut une révélation pour lui; et concluant de leur fainéantise individuelle à la fainéantise

universelle de la gent bureaucratique, il caressa le doux espoir de mitiger par le commerce des muses,

pendant les heures réglementaires, l'austère labeur de l'employé.

Un coup de sonnette retentit; le garçon de bureau, qui s'était endormi pendant que Caldas rêvait, se dressa
comme mû par un ressort.

- Monsieur, le chef du personnel est visible, dit-il.

Et rendant au nouveau sa lettre d'introduction, que celui-ci fourra machinalement dans une de ses poches,
il poussa une portière capitonnée en maroquin vert et l'introduisit dans une vaste pièce éclairée par deux

fenêtres et coupée vers le milieu par un paravent de couleur claire.

Caldas, qui avait l'instinct de la stratégie, eut l'heureuse inspiration de tourner ce bastion, et derrière un
vaste bureau il se trouva face à face avea M. le chef du personnel.

IV

M. Edme Le Campion, chef du personnel au ministère de l'Équilibre, chevalier de l'ordre impérial de la
Légion d'honneur, commandeur de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand, est un homme de taille moyenne,

au front chauve, à l'oeil vacillant. Son âge est un mystère que nul n'a pu sonder. Il n'a pas d'âge.

Napoléon Ier connaissait, dit-on, par leurs noms tous les grognards de sa vieille garde; il sait, lui, la
biographie de tous les officiers, caporaux et soldats de son corps d'armée administratif. Il n'ignore pas

plus la position intéressante de Balançard, le contrôleur de l'Équilibre de Loudéac, chargé de neuf enfants

et d'une mère aveugle, que les habitudes vicieuses de Fadart, dit Liche-à-l'oeil, jeune

surnuméraire parisien, qui se galvaude dans tous les caboulots latins.

< page précédente | 7 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.