bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Gaboriau - Les gens de bureau

Fait l'effet d'un soporatif.

Devant ses chefs il est craintif
Cent fois plus qu'un filou fautif

Qu'on conduit devant le shérif

Après un vol bien positif.

Cet homme, peu récréatif,
D'un faubourg de Caen est natif.

Un vieux paysan processif

Est, dit-on, son père adoptif.

Ce fait est très-explicatif

Et surtout significatif.

Ce Normand, rien moins que naïf,
Se masque sous un air fictif;

Sa bêtise n'est qu'un faux pif.

Oui, son visage dormitif

Ment comme une face de juif.

Son oeil, rien moins qu'intuitif,

Cache un esprit alerte et vif.

Il affecte le ton plaintif,

Mais nous connaissons son motif,

Nous tous qui l'avons vu, pensif,

Presser son front méditatif.

Cet ambitieux spéculatif
Roule en son cerveau subversif

Plus d'un projet résolutif

Pour lui très-rémunératif.

Attentif, décisif, actif,

Doué d'un sens pénétratif,

Il médite un plan offensif

Qui le fera grand, lui chétif.

Et ce plan n'est pas évasif,
Excessif, exagératif.

Il est sûr et facultatif,

Et non le rêve convulsif

D'un sous-chef imaginatif.

Ce Normand n'est pas expansif
Ni certes communicatif,

Encore moins démonstratif.

Mais, sans être interrogatif,
Je suis bien certain qu'un oisif,

S'il était insinuatif,

< page précédente | 48 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.