bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Gaboriau - Les gens de bureau

péristyle, il est sauvé. Merci, mon Dieu!!!

Dix heures sonnent.

Tous ces dératés qui fendaient l'air aux quatre points cardinaux s'arrêtent.

Tel le jockey distancé cesse de lutter.

Ils font volte-face et, d'un pas tranquille comme leur conscience, s'acheminent à petites journées vers les
cafés du voisinage.

Longtemps après l'heure encore on en voit poindre dans la brume, qui s'arrêtent aussi, dès qu'ils
aperçoivent le cadran officiel.

L'un, esclave de sa folie, a perdu cinq minutes à suivre - sans espoir - un bas blanc bien tiré.

L'autre a eu une explication le matin avec son épouse.

Ce dernier enfin, les pantalons retroussés jusqu'aux genoux, victime de ses bottines vernies, a triplé son
trajet à chercher les pavés luisants où il devait poser le pied.

Tous ces vaincus vont rejoindre leurs confrères aux estaminets d'alentour.

Caldas n'avait pas de montre, et la pendule de sa chambre garnie s'arrêtait quelquefois.

Une nuit que le thermomètre avait marqué dix-sept degrés au-dessous de zéro, elle s'arrêta sur six heures
du matin.

Lorsque Romain s'éveilla, il faisait grand jour; mais comme l'aiguille restait sur six heures, sa fainéantise
en profita pour faire un nouveau somme.

Ce jour-là, il arriva à midi et demi au ministère.

- Nous vous avions cru malade, lui dit Basquin.

- Je me porte comme le Pont-Neuf, répondit-il; et il raconta son accident.

- Vous savez que vous avez encouru dix francs d'amende, dit M. Rafflard.

- Comment cela?

- Vous n'avez pas signé la feuille, reprit Basquin; mais, rassurez-vous, notre chef, qui est homme du
monde, vous aura certainement mis une excuse.

Caldas ouvrit de grands yeux, et Basquin lui analysa les petits moyens mis en usage pour se soustraire à
la tyrannie de la feuille de présence, la contre-partie des précautions administratives.

- Car, dit Basquin, elle est rusée, l'administration, mais les employés sont bien plus rusés encore. Il y a
donc deux moyens d'éviter l'amende: il y a le faux en écriture publique, et la complaisance de votre

supérieur. Si vous nous aviez prévenus hier soir, j'aurais signé pour vous ce matin.

- Oh! dit Caldas, c'est grave!

- Cela se fait dans beaucoup de bureaux, mon cher! Et je sais un chef bien embarrassé aujourd'hui. Il a

< page précédente | 45 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.