bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Gaboriau - Les gens de bureau

DUBOIS, Abel-Gontran-Zacharie-Apollinaire, 59 ans, paveur, Lyon.

Il commençait à inscrire le cinquième DUBOIS, dont le prénom était Abile, quand un «ah! ah!» qui
exprimait tout à la fois le désappointement et le mépris, lui fit tourner la tête.

M. Rafflard, les bras croisés, était derrière lui:

- Malheureux, quelle besogne faites-vous là? lui dit ce commis principal.

Caldas était fort satisfait de son ouvrage; il avait écrit, en gros de sa plus belle anglaise, d'une écriture qui
eût ravi les imprimeurs du Bilboquet.

Elle ne ravit pas M. Rafflard:

- J'avais bien raison de me défier de vous, continua-t-il; regardez-moi ces chemises, sont-elles
présentables?

- Que leur manque-t-il, s'il vous plaît? demanda Caldas vexé.

- Ce qui leur manque! riposta le commis principal, tout. Le nom de famille doit être en grosse bâtarde, le
prénom en coulée moyenne, l'âge en lettres moulées, la profession en ronde, et le domicile en cursive.

Caldas posa sa plume avec un profond découragement.

- -Je ne suis que bachelier ès lettres et ès sciences, dit-il, licencié en droit; je ne sais pas encore toutes ces
choses.

- Eh bien, il faut les apprendre, répondit sèchement M. Rafflard. Vous avez votre éducation à refaire.
Dorénavant, vous vous contenterez de préparer les chemises.

Oh! comme il fut humilié, le pauvre Caldas, si humilié que, prenant à part le jeune Basquin, il le conjura
de vouloir bien lui donner quelques leçons de pleins et de déliés.

Mais Basquin ne donne pas de leçons.

- Je ne suis pas maître d'écriture, dit-il, je me suis donné le petit talent que j'ai pour attraper quelques
travaux supplémentaires qui ne sont pas mal payés; je ne saurais pas enseigner; d'ailleurs toutes mes

soirées sont consacrées à la poule. Mais je tiens votre homme; je vais vous conduire au père

Coquillet, le doyen des expéditionnaires-calligraphes et la plume la plus magistrale de l'administration.

Caldas sortait, précédé de l'obligeant Basquin, lorsque, dans le corridor, il fut arrêté par M. Ganivet, son
chef de bureau:

- Monsieur Caldas, dit, cet homme si poli, recevez mes compliments sincères: nous savions déjà que
nous avions acquis en vous un homme de talent, nous savons aujourd'hui que nous avons acquis en

même temps un travailleur.

* * * * *

XX

Le bureau de M. Coquillet est situé au troisième étage de l'aile nord, à l'extrémité du corridor S. Ce
bureau, qui dépend d'un service hors cadres, la commission des rapports, est fort petit. Deux employés

< page précédente | 37 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.