bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Gaboriau - Les gens de bureau

- Faites comme moi, dit-il à Romain.

Et il prit à la main une des chemises que Caldas avait confectionnées le matin.

- Pourquoi diable nous embarrassons-nous ainsi de cette feuille de papier? demanda dans l'escalier le
nouveau à son collègue.

- Mon cher, nous pouvons rencontrer quelqu'un dans les couloirs. Notre chapeau éveillerait des soupçons.
Ce passeport administratif fera croire à une commission à l'extérieur.

Précisément parce que le temps était magnifique, beaucoup d'employés avaient éprouvé la même velléité
de promenade; ils en rencontrèrent un certain nombre qui portaient gravement leur feuille de papier;

quelques-uns, les plus prudents, s'étaient précautionnés d'un dossier pour de vrai.

Le bureau de poste n'était pas loin. Romain, lorsqu'il eut son argent en poche, calcula que, sans faire une
trop longue absence, il pouvait inviter le calligraphe à prendre quelque chose, la monnaie de son petit

verre. Il pensait offrir une absinthe et se faire servir une bavaroise au chocolat.

- Si nous entrions dans un café? proposa-t-il; nous avons le temps, n'est-ce pas?

- Si nous avons le temps! répondit Basquin, la feuille de présence ne se signe que demain matin à dix
heures! Je comptais bien vous proposer une partie de billard; seulement permettez-moi de vous conduire

à notre café habituel.

Et il le mena au

CAFÉ DE L'ÉQUILIBRE

Cet établissement n'est pas le plus luxueux des trois ou quatre de ce genre qui débitent de la chicorée aux
environs du ministère.

Si les employés lui ont donné leur clientèle, c'est que le patron a eu l'esprit de mettre aux vitres de sa
devanture des rideaux fort épais. Un chef de division peut passer dans la rue, il n'apercevra pas ses

subordonnés faisant l'école buissonnière autour d'un billard ou devant un tapis vert.

On a quitté en masse pour cet établissement si discret le café d'en face.

Un loustic de l'administration avait répandu le bruit que le limonadier était un mouchard, en relations
intimes avec le ministre, et qu'il faisait coller ceux dont les notes étaient en retard.

Cette excellente plaisanterie a causé le suicide d'un père de famille, trois faillites, et jeté onze enfants à
l'hôpital.

Le Café de l'Équilibre fait des affaires d'or.

Lorsque Caldas y entra avec son collègue, les salles regorgeaient de monde. Il y avait bien là cent
cinquante jeunes gens, tous employés du ministère.

L'animation était grande; c'était l'heure de la demi-tasse. Il y avait des allées et des venues. A chaque
instant la porte s'ouvrait et quelque nouveau consommateur se glissait dans la salle; d'autres s'enfuyaient

sans prendre même le temps d'essuyer leurs moustaches.

< page précédente | 27 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.