bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Gaboriau - Les gens de bureau

- Comment dites-vous, monsieur? demanda-t-il.

Romain, un peu surpris de cette familiarité, répéta son nom.

- Eh! j'ai une lettre pour vous, j'allais la rendre au facteur.

Caldas ouvrit de grands yeux, mais il les écarquilla bien davantage en reconnaissant l'écriture paternelle.

Il rompit le cachet d'une main fiévreuse, et un mandat rouge tomba à ses pieds.

Gérondeau, qui sirotait un verre de chartreuse, se baissa pour ramasser le mandat.

- Ah! ah! jeune homme! s'écria-t-il, voilà pour payer votre bienvenue. Cent vingt francs, ajouta-t-il, en
recevez-vous souvent comme cela?

- Tous les mois, répondit Romain, qui voulait se poser dans l'esprit de ses collègues.

La lettre de M. Caldas le père était ainsi conçue:

«Mon cher Romain,

«Si tu ne m'as point menti, cette lettre te parviendra, et je ne regretterai pas l'argent que j'y joins, puisqu'il
te sera utile pour t'assurer une position, Si au contraire, comme cela malheureusement t'est arrivé

quelquefois, tu avais cherché à m'en imposer cet argent échappera à tes prodigalités.

«Je t'adresse cette lettre au ministère où tu es nommé (à ce que tu me dis), au bureau que tu me désignes.
Puisses-tu, mon fils, persévérer dans cette voie, et renoncer à ce dégoûtant métier de journaliste. La

statistique, mon fils, t'apprendra que ce métier peuple les hôpitaux et parfois les prisons.

«Adieu, ta mère t'embrasse, elle a joint vingt francs aux cent que je m'étais proposé de t'envoyer.»

La ruse paternelle affligea sensiblement Caldas, mais les cent francs étaient un baume à cette blessure.

Il n'eut plus qu'une idée: sortir pour aller manger.

Mais comment faire? Il n'osait point s'ouvrir à ses collègues. Demander conseil eût été avouer qu'il
désirait passionnément toucher ce mandat et faire soupçonner qu'il était sans le sou. L'insidieuse

proposition de Gérondeau lui offrit une planche de salut.

- Messieurs, reprit-il, je serais heureux de vous offrir à dîner, mais je voudrais auparavant toucher ce
mandat, et je crains qu'à la fin de la séance le bureau de poste ne soit fermé.

- Parbleu! allez le toucher tout de suite, dit l'impudent Gérondeau.

- Mais n'est-il pas défendu de sortir?

- Sans doute, mais on sort tout de même, on exécute le tour du chapeau.

- Qu'est-ce que c'est que cela? demanda Romain.

Basquin bondit de dessus sa chaise et retomba sur ses pieds au beau milieu de la pièce; il releva ses
manches à la façon d'un escamoteur, et de la voix bouffonnement emphatique d'un joueur de gobelets:

- Écoutez bien, jeune homme, dit-il, car je ne parle pas ici pour le reste de l'honorable socilllliété.

< page précédente | 25 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.