bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Gaboriau - Les gens de bureau

- Je ne vous dis que ça...

- Ah! bah!

- Et une drôle d'affaire encore!... Faut-il que les femmes aient de la malice... C'est le garçon des lampes
qui m'a conté la chose... Dame, il n'est pas beau, M. Ravineux.

- Ne nous faites donc pas languir, Népomucène, dit Gérondeau.

- Eh bien! voilà: M'ame Ravineux, une blonde qui n'est pas piquée des vers, allez, s'en est laissé conter
par M. de Gandes du secrétariat...

- De Gandes, un beau garçon, et qui est riche, fit Gérondeau.

- Alors, comme M'ame Ravineux demeure à Auteuil dans une maison qui n'a pas de concierge, elle avait
donné une clef au jeune homme; les soirs où M. Ravineux dînait à Paris, M. de Gandes allait à Auteuil. Il

était prévenu, et prévenu par le mari, ce qu'il y a de superbe...

- Comment ça? demanda Basquin.

- M. Ravineux porte habituellement des cravates noires; quand il devait manger en ville, sa femme le
matin lui faisait mettre une cravate blanche, vous comprenez.

- Pas bête, dit Gérondeau; elle me plaît, cette petite femme.

- Oui, mais voilà le malheur: jeudi dernier, elle était malade; M. Ravineux s'habille, il ne trouve pas de
cravate noire, il en met une blanche. M. de Gandes voit le signal, et le soir il court à Auteuil, ouvre la

porte, monte à tâtons l'escalier et tombe sur le mari. Dame, tout se découvre!

- J'aurais été plus adroit, dit Gérondeau.

- Qu'est-ce que vous auriez fait? il apportait un gros bouquet de camélias... Au fait, voilà deux jours que
M. Ravineux n'a pas reparu, M. de Gandes non plus. Il paraît que ça finira en police correctionnelle.

- Sacredieu! interrompit M. Rafflard en tapant du poing sur sa table, il n'y a pas moyen de travailler ici!

- Voyons, reprit le garçon de bureau, qu'est-ce que je vais prendre à ces messieurs pour leur déjeuner?

Chaque employé donna ses instructions.

- Et vous, monsieur, dit Népomucène en s'adressant à Romain, ne vous faut-il rien?

- Merci, répondit Caldas qui mourait de faim, je n'ai pas d'appétit.

- Moi non plus malheureusement, soupira Gérondeau, mais je mange tout de même, ça m'occupe!

XIV

Au ministère de l'Équilibre national, le déjeuner est l'occupation la plus sérieuse de la journée.

Autrefois on accordait une heure aux employés pour déjeuner au dehors. Mais le ministre ayant reconnu
l'abus de cette tolérance, décida qu'ils prendraient désormais leur repas dans les bureaux. Aujourd'hui,

grâce à cette mesure efficace, le déjeuner n'absorbe pas beaucoup plus du tiers des six heures

réglementaires.

< page précédente | 22 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.