bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Gaboriau - Les gens de bureau

L'étoile de Caldas brillait ce soir-là du plus vif éclat au firmament. Il arriva au théâtre, juste comme
mademoiselle Célestine, qui venait d'être poignardée par le duc de Buckingham, chaussait ses

caoutchoucs pour regagner la loge paternelle.

Cette ingénue avait été cruelle pour Romain: c'est en vain qu'il avait composé pour elle des sonnets de la
plus belle eau; c'est en vain qu'il l'avait opposée dans le Bilboquet à mademoiselle Fix de la

Comédie-Française; elle avait résisté.

Elle ne résista pas à l'offre d'un souper chez Magny. Mais en passant devant le Grand-Condé, elle
s'aperçut que sa robe était déchirée.

- Ah! si vous m'aimiez réellement, soupira-t-elle en lui serrant la main.

Caldas n'hésita point, - et pourtant il n'avait pas dîné. Mademoiselle Célestine eut une robe qui fit
longtemps le désespoir de sa bonne amie, la forte jeune première amoureuse. Mais le souper des

fiançailles se fit chez Romain. La rôtisseuse de la rue Dauphine fournit pour trois francs un frugal menu

qui fut arrosé d'un petit-bleu largement baptisé.

Il monta pourtant à la tête de Romain, ce cru d'Argenteuil, si bien qu'il commit l'imprudence d'avouer à
Célestine sa récente nomination au ministère de l'Équilibre national. Des rêves d'ambition se mêlaient à

ses rêves d'amour. Il ne cacha pas à son amante que le plus bel avenir administratif lui était réservé. Il se

voyait déjà chef de division et lui faisait présent d'une voiture attelée de deux chevaux gris pommelés.

- Je t'aimerai toujours, lui dit l'ingénue, et je viendrai chez toi tous les trente et un du mois.

XI

Elle avait l'habitude d'aller en voiture, la pensionnaire de Mont-Saint-Jean.

Caldas fut héroïque; il lui restait trente centimes, il offrit l'omnibus.

Et pourtant le jour qui se levait, était son premier jour de servitude. Pour la première fois il se dit:

- Allons, il faut aller à mon bureau!

Il fallait aller au bureau, en effet, sans avoir déjeuné, sans un sou, sans savoir s'il dînerait le soir...

Il fut sur le point, le misérable, de regretter ses quarante francs.

Qu'en restait-il à cette heure? une vague senteur ambrée dans sa chambre de garçon, une épingle noire sur
sa cheminée.

Un espoir survivait chez lui, et c'est avec un battement de coeur qu'en passant devant la loge de sa
portière il lui jeta ces mots:

- Avez-vous une lettre pour moi?

La portière haussa les épaules avec mépris.

- C'est fini, se dit-il, je ne dois plus compter sur mon père.

Et serrant d'un cran la boucle de son pantalon, il courut au ministère.

< page précédente | 17 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.