bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Gaboriau - Les gens de bureau

- Pardon, interrompit Romain; dans la littérature j'aurais pu devenir quelqu'un.

- Et après?... continua M. Blandureau; songez donc qu'aujourd'hui vous avez une position dans le monde.
Et tenez, moi qui vous parle, j'aimerais mieux donner ma fille en mariage à un sous-chef de ministère

qu'à n'importe quel académicien. Ce sont les premiers de votre état, et ils gagnent douze cents francs par

an!

- Et puis ils sont si vieux! dit Caldas.

M. Blandureau aurait sans doute ajouté des choses bien plus fortes encore, si Romain ne s'était esquivé
pour courir au théâtre.

* * * * *

Ce soir-là il y avait première représentation aux Variétés: toute la presse, grande et petite, était dans la
salle. C'était la seconde pièce d'un débutant dont on attendait monts et merveilles.

A onze heures moins le quart, le critique Greluchet fit son apparition au café du théâtre. Il promena son
oeil flamboyant autour de la salle, cherchant un visage ami. N'en trouvant pas, il appela le garçon par

son petit nom, et se fit servir une chope. Le critique Greluchet, qu'on avait outrageusement refusé

au contrôle, était allé étudier son compte rendu au Casino-Cadet; parti furieux, il revenait presque gai,

ayant recueilli deux mots méchants sur la pièce nouvelle à encadrer dans son feuilleton.

Bohême incurable, depuis huit jours Greluchet avait vu la fin de sa dernière pièce de cent sous, ce qui ne
l'empêchait pas d'entrer dans ce café, se fiant, pour payer sa consommation, à la Providence qui déjà tant

de fois a bien voulu acquitter ses notes.

Pour tuer le temps, il prit une feuille de théâtre et se mit à étudier la distribution de la pièce.

Déjà sa chope était à moitié vide, lorsque la porte du café s'entrebâilla discrètement, et une tête barbue
apparut qui interrogeait l'horizon des consommateurs.

Greluchet reconnut cette tête.

Ce n'était pas le messager du Seigneur, le banquier de la Providence...

C'était Cahusac, le bohême qui travaille quelquefois et qui ferait de si charmants articles, s'il prenait la
peine de garder la monnaie de sa conversation. Cahusac cause, il n'écrit pas; c'est un artiste en mots, il

pétille comme un feu d'artifice; et quand l'esprit lui manque, il se sauve par la méchanceté. C'est du fiel

champanisé.

Greluchet ne connaissait que trop ce Rivarol de brasserie; son flanc portait encore une plaie ouverte.
Cahusac avait lancé plus d'un mot terrible à son adresse.

Greluchet est sans rancune. Il s'ennuyait tout seul, il appela son bourreau.

Cahusac hésita, mais il avait soif aussi, et il entra.

- Hein! cria Greluchet, est-ce assez infect?

Trois bourgeois qui jouaient aux dominos levèrent la tête, et Greluchet fut content, il faisait sensation.

< page précédente | 13 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.