bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Gaboriau - Les gens de bureau

de lui indiquer le cabinet de M. Mareschal.

- Attendez, lui dit le monsieur, nous sommes ici dans le corridor L; tout au fond à gauche vous prenez
l'escalier 5, vous le descendez jusqu'au bas; vous traversez la cour de la fontaine, le portique, la cour des

statues, et puis.... mais au fait, non, c'est inutile, vous ne vous y retrouverez jamais.

- Au moins, Monsieur, dit Caldas, je vous en prie, enseignez-moi comment sortir d'ici.

- Toujours devant vous et ensuite toujours à gauche, dit le monsieur en s'éloignant.

- Bien obligé, lui cria Caldas! Et il s'assit sur un coffre à bois.

- Je ne m'étonne plus, pensa-t-il, que la moitié des affaires restent en chemin; il y a trop de détours dans
ce sérail.

- Ah! vous voilà, grommela derrière lui une voix de mauvaise humeur, par où diable êtes-vous passé?

Caldas reconnut le profil de son cornac.

- Vous me cherchiez? demanda-t-il.

- Moi! pas du tout, répondit le garçon; mais puisque vous voilà, suivez-moi et tâchez de ne plus me
perdre.

Caldas avait presque envie de prendre le pan de l'habit marron-clair, comme les enfants prennent le pan
du tablier de leur bonne; mais cette précaution fut inutile, et il arriva sans encombre au cabinet du chef de

division.

VII

- Monsieur Romain Caldas, fit M. Mareschal en se levant, vous nous étiez annoncé, Monsieur, et vous
êtes le bienvenu.

Charmé de cette façon ouverte et cordiale d'accueillir son monde, Romain se sentit tout de suite pris
d'une grande sympathie pour son chef de division.

Et vraiment M. Mareschal est l'homme le plus aimable du ministère; il a le don si rare de parler aux petits
sans les écraser.

C'est le vrai signe de la force.

- Romain Caldas! continua M. Mareschal après avoir fait asseoir son subordonné, eh mais! j'ai vu ce
nom-là quelque part. Vous écrivez dans les journaux?

- Non bis in idem, pensa le nouveau qui lisait quelquefois les feuilletons de Janin; et il répondit
avec une impudence qui promettait:

- Je n'ai jamais fait imprimer une ligne, Monsieur.

- Ah! tant pis, dit le chef de division, nous avons ici quelques gens de lettres, ce sont d'excellents
garçons, je les aime beaucoup.

- Encore une école, se dit Romain; drôle de boutique, on ne sait sur quel pied danser. Et comme il avait

< page précédente | 11 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.