bibliotheq.net - littérature française
 

Denis Diderot - Les Bijoux Indiscrets

Il lui fit tout de suite l'histoire d'Haria, mot pour mot, comme le bijou l'avait racontée. Mirzoza ne put
s'empêcher de rire du combat de la première nuit. Cependant reprenant un air sérieux :

" Je ne sais, dit-elle à Mangogul, quelle indignation s'empare de moi. Je vais prendre en aversion ces
animaux et toutes celles qui en auront, et déclarer à mes femmes que je chasserai la première qui sera

soupçonnée de nourrir un gredin.

- Eh pourquoi, lui répondit le sultan, étendre ainsi les haines ? Vous voilà bien, vous autres femmes,
toujours dans les extrêmes ! Ces animaux sont bons pour la chasse, sont nécessaires dans les campagnes,

et ont je ne sais combien d'autres usages, sans compter celui qu'en fait Haria.

" En vérité, dit Mirzoza, je commence à croire que Votre Hautesse aura peine à trouver une femme sage.

" Je vous l'avais bien dit, répondit Mangogul ; mais ne précipitons rien : vous pourriez un jour me
reprocher de tenir de votre impatience un aveu que je prétends devoir uniquement aux essais de ma

bague. J'en médite qui vous étonneront. Tous les secrets ne sont pas dévoilés, et je compte arracher des

choses plus importantes aux bijoux qui me restent à consulter. "

Mirzoza craignait toujours pour le sien. Le discours de Mangogul la jeta dans un trouble qu'elle ne fut
pas la maîtresse de lui dérober : mais le sultan qui s'était lié par un serment, et qui avait de la religion

dans le fond de l'âme, la rassura de son mieux, lui donna quelques baisers fort tendres, et se rendit à son

conseil, où des affaires de conséquence l'appelaient.

CHAPITRE XXVII. ONZIÈME ESSAI DE L'ANNEAU.. LES PENSIONS.

Le Congo avait été troublé par des guerres sanglantes, sous le règne de Kanoglou et d'Erguebzed, et ces
deux monarques s'étaient immortalisés par les conquêtes qu'ils avaient faites sur leurs voisins. Les

empereurs d'Abex et d'Angote regardèrent la jeunesse de Mangogul et le commencement de son règne

comme des conjonctures favorables pour reprendre les provinces qu'on leur avait enlevées. Ils déclarèrent

donc la guerre au Congo, et l'attaquèrent de toutes parts. Le conseil de Mangogul était le meilleur qu'il y

eût en Afrique ; et le vieux Sambuco et l'émir Mirzala, qui avaient vu les anciennes guerres, furent mis à

la tête des troupes, remportèrent victoires sur victoires, et formèrent des généraux capables de les

remplacer ; avantage plus important encore que leurs succès.

Grâce à l'activité du conseil et à la bonne conduite des généraux, l'ennemi qui s'était promis d'envahir
l'empire, n'approcha pas de nos frontières, défendit mal les siennes, et vit ses places et ses provinces

ravagées.

Mais, malgré des succès si constants et si glorieux, le Congo s'affaiblissait en s'agrandissant : les
fréquentes levées de troupes avaient dépeuplé les villes et les campagnes, et les finances étaient épuisées.

Les sièges et les combats avaient été fort meurtriers ; le grand vizir, peu ménager du sang de ses soldats,
était accusé d'avoir risqué des batailles qui ne menaient à rien. Toutes les familles étaient dans le deuil ; il

n'y en avait aucune où l'on ne pleurât un père, un frère ou un ami. Le nombre des officiers tués avait été

prodigieux, et ne pouvait être comparé qu'à celui de leurs veuves qui sollicitaient des pensions. Les

cabinets des ministres en étaient assaillis. Elles accablaient le sultan même de placets, où le mérite et les

services des morts, la douleur des veuves, la triste situation des enfants, et les autres motifs touchants

n'étaient pas oubliés. Rien ne paraissait plus juste que leurs demandes : mais sur quoi asseoir des

< page précédente | 62 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.