bibliotheq.net - littérature française
 

Denis Diderot - Les Bijoux Indiscrets

Vous savez apparemment que, depuis quelque temps, il y en a plusieurs qui se sont mis à jaser comme
des pies ; or, nous voudrions bien que les nôtres ne suivissent point ce mauvais exemple.

- Ah ! j'y suis maintenant ; c'est-à-dire, reprit Frénicol, qu'il,vous faut une muselière...

- Fort bien, vous y êtes en effet. On m'avait bien dit que monsieur Frénicol n'était pas un sot...

- Madame, vous avez bien de la bonté. Quant à ce que vous me demandez, j'en ai de toutes sortes, et de
ce pas je vais vous en chercher. "

Frénicol partit ; cependant Zélide embrassait son amie et la remerciait de son expédient : et moi, dit
l'auteur africain, j'allai me reposer en attendant qu'il revînt.

CHAPITRE XXI. RETOUR DU BIJOUTIER.

Le bijoutier revint et présenta à nos dévotes deux muselières des mieux conditionnées.

" Ah ! miséricorde ! s'écria Zélide. Quelles muselières ! quelles énormes muselières sont-ce là ! et qui
sont les malheureuses à qui cela servira ? Cela a une toise de long. Il faut, en vérité, mon ami, que vous

ayez pris mesure sur la jument du sultan.

- oui, dit nonchalamment Sophie, après les avoir considérées et compassées avec les doigts : vous avez
raison, et il n'y a que la jument du sultan ou la vieille Rimosa à qui elles puissent convenir...

- Je vous jure, mesdames, reprit Frénicol, que c'est la grandeur ordinaire ; et que Zelmaïde, Zyrphile,
Amiane, Zulique et cent autres en ont pris de pareilles...

- Cela est impossible, répliqua Zélide.

- Cela est pourtant, repartit Frénicol : mais toutes ont dit comme vous ; et, comme elles, si vous voulez
vous détromper, vous le pouvez à l'essai...

- Monsieur Frénicol en dira tout ce qu'il voudra ; mais il ne me persuadera jamais que cela me convienne,
dit Zélide.

- Ni à moi, dit Sophie. Qu'il nous en montre d'autres, s'il en a. "

Frénicol, qui avait éprouvé plusieurs fois qu'on ne convertissait pas les femmes sur cet article, leur
présenta des muselières de treize ans.

" Ah ! voilà ce qu'il nous faut ! s'écrièrent-elles toutes deux en même temps.

- Je le souhaite, répondit tout bas Frénicol.

- Combien les vendez-vous ? dit Zélide...

- Madame, ce n'est que dix ducats...

- Dix ducats ! vous n'y pensez pas, Frénicol...

- Madame, c'est en conscience...

< page précédente | 50 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.