bibliotheq.net - littérature française
 

Denis Diderot - Les Bijoux Indiscrets

- Non.

- Des comédiens ?

- Non.

- Vous verrez que ce sera avec mes pages, mes laquais, mon directeur, ou l'aumônier de mon mari.

- Non.

- Monsieur l'imposteur, vous voilà donc à bout ?

- Pas tout à fait.

- Cependant, je ne vois plus personne avec qui l'on puisse avoir des aventures. Est-ce avant, est-ce après
mon mariage ? répondez donc, impertinent.

- Ah ! madame, trêve d'invectives, s'il vous plaît ; ne forcez point le meilleur de vos amis à. quelques
mauvais procédés.

- Parlez, mon cher ; dites, dites tout ; j'estime aussi peu vos services que je crains peu votre indiscrétion :
expliquez-vous, je vous le permets ; je vous en somme.

- A quoi me réduisez-vous, Ismène ? ajouta le bijou, en poussant un profond soupir.

- A rendre justice à la vertu.

- Eh bien, vertueuse Ismène, ne vous souvient-il plus du jeune Osmin, du sangiac Zégris, de votre maître
de danse Alaziel, de votre maître de musique Almoura ?

- Ah, quelle horreur ! s'écria Ismène ; j'avais une mère trop vigilante, pour m'exposer à de pareils
désordres ; et mon mari, s'il était ici, attesterait qu'il m'a trouvée telle qu'il me désirait.

- Eh oui reprit le bijou, grâce au secret d'Alcine, votre intime.

- Cela est d'un ridicule si extravagant et si grossier, répondit Ismène, qu'on est dispensée de le repousser.
Je ne sais, continua-t-elle, quel est le bijou de ces dames qui se prétend si bien instruit de mes affaires,

mais il vient de raconter des choses dont le mien ignore jusqu'au premier mot.

- Madame, lui répondit Céphise, je puis vous assurer que le mien s'est contenté d'écouter. "

Les autres femmes en dirent autant, et l'on se mit au jeu, sans connaître précisément l'interlocuteur de la
conversation que je viens de rapporter.

CHAPITRE XII. CINQUIÈME ESSAI DE L'ANNEAU.

LE JEU.

La plupart des femmes qui faisaient la partie de la Manimonbanda jouaient avec acharnement ; et il ne
fallait point avoir la sagacité de Mangogul pour s'en apercevoir. La passion du jeu est une des moins

dissimulées ; elle se manifeste, soit dans le gain, soit dans la perte, par des symptômes frappants. " Mais

d'où leur vient cette fureur ? se disait-il en lui-même ; comment peuvent-elles se résoudre à passer les

nuits autour d'une table de pharaon, à trembler dans l'attente d'un as ou d'un sept ? cette frénésie altère

< page précédente | 20 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.