bibliotheq.net - littérature française
 

Denis Diderot - Les Bijoux Indiscrets

À ces mots, Husseim se leva comme un furieux, se saisit d'un couteau, s'élança à l'autre bord de la table,
et perçait le sein de sa femme si ses voisins ne l'eussent retenu.

" Husseim, lui dit le sultan, vous faites trop de bruit ; on n'entend rien. Ne dirait-on pas que le bijou de
votre femme soit le seul qui n'ait pas le sens commun ? Et où en seraient ces dames si leurs maris étaient

de votre humeur ? Comment, vous voilà désespéré pour une misérable petite aventure d'un Valanto, qui

ne finissait pas ! Remettez-vous à votre place, prenez votre parti en galant homme, songez à vous

observer, et à ne pas manquer une seconde fois à un prince qui vous admet à ses plaisirs. "

Tandis qu'Husseim, dissimulant sa rage, s'appuyait sur le dos d'une chaise, les yeux fermés et la main
appliquée sur le front, le sultan tournait subitement son anneau, et le bijou continuait : " Je

m'accommoderais assez du jeune page de Valanto ; mais je ne sais quand il commencera. En attendant

que l'un commence et que l'autre finisse, je prends patience avec le brahmine Egon. Il est hideux, il faut

en convenir ; mais son talent est de finir et de recommencer. Oh ! qu'un brahmine est un grand homme. "

Le bijou en était à cette exclamation, lorsqu'Husseim rougit de s'affliger pour une femme qui n'en valait
pas la peine, et se mit à rire avec le reste de la compagnie ; mais il la gardait bonne à son épouse. Le

souper fini, chacun reprit la route de son hôtel, excepté Husseim, qui conduisit sa femme dans une

maison de filles voilées, et l'y enferma. Mangogul, instruit de sa disgrâce, la visita. Il trouva toute la

maison occupée à la consoler, mais plus encore à lui tirer le sujet de son exil.

" C'est pour une vétille, leur disait-elle, que je suis ici. Hier à souper chez le sultan, on avait fouetté le
champagne, sablé le tokai ; on ne savait guère ce qu'on disait, lorsque mon bijou s'est avisé de babiller. Je

ne sais quels ont été ses propos ; mais mon époux en a pris de l'humeur.

- Assurément, madame, il a tort, lui répondaient les nonnains ; on ne se fâche point ainsi pour des
bagatelles...

- Comment, votre bijou a parlé ! Mais parle-t-il encore ? Ah ! que nous serions charmées de l'entendre !
Il ne peut s'exprimer qu'avec esprit et grâce. "

Elles furent satisfaites, car le sultan tourna son anneau sur la pauvre recluse, et son bijou les remercia de
leurs politesses, leur protestant, au demeurant, que, quelque charmé qu'il fût de leur compagnie, il

s'accommoderait mieux de celle d'un brahmine.

Le sultan profita de l'occasion pour apprendre quelques particularités de la vie de ces filles. Sa bague
interrogea le bijou d'une jeune recluse nommée Cléanthis ; et le bijou prétendu virginal confessa deux

jardiniers, un brahmine et trois cavaliers ; et raconta comme quoi, à l'aide d'une médecine et de deux

saignées, elle avait évité de donner du scandale. Zéphirine avoua, par l'organe de son bijou, qu'elle devait

au petit commissionnaire de la maison le titre honorable de mère. Mais une chose qui étonna le sultan,

c'est que quoique ces bijoux séquestrés s'expliquassent en termes fort indécents, les vierges à qui ils

appartenaient les écoutaient sans rougir ; ce qui lui fit conjecturer que, si l'on manquait d'exercice dans

ces retraites, on y avait en revanche beaucoup de spéculation.

Pour s'en éclaircir, il tourna son anneau sur une novice de quinze à seize ans. " Flora, répondit son bijou,
a lorgné plus d'une fois à travers la grille un jeune officier. Je suis sûr qu'elle avait du goût pour lui : son

petit doigt me l'a dit. " Mal en prit à Flora. Les anciennes la condamnèrent à deux mois de silence et de

discipline ; et ordonnèrent des prières pour que les bijoux de la communauté demeurassent muets.

CHAPITRE IX. ÉTAT DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES DE BANZA.

< page précédente | 15 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.