bibliotheq.net - littérature française
 

Denis Diderot - Les Bijoux Indiscrets

leur répondre : cependant mon anatomiste pense autrement. "

. CHAPITRE VIII. TROISIÈME ESSAI DE L'ANNEAU.

LE PETIT SOUPER.


On servit, on soupa, on s'amusa d'abord aux dépens de Monima : toutes les femmes accusaient
unanimement son bijou d'avoir parlé le premier ; et elle aurait succombé sous cette ligue, si le sultan n'eût

pris sa défense.

" Je ne prétends point, disait-il, que Monima soit moins galante que Zelmaïde, mais je crois son bijou
plus discret. D'ailleurs, lorsque la bouche et le bijou d'une femme se contredisent, lequel croire ?

- Seigneur, répondit un courtisan, j'ignore ce que les bijoux diront par la suite ; mais jusqu'à présent ils ne
se sont expliqués que sur un chapitre qui leur est très familier. Tant qu'ils auront la prudence de ne parler

que de ce qu'ils entendent, je les croirai comme des oracles.

- On pourrait, dit Mirzoza, en consulter de plus sûrs.

- Madame, reprit Mangogul, quel intérêt auraient ceux-ci de déguiser la vérité ? Il n'y aurait qu'une
chimère d'honneur qui pût les y porter ; mais un bijou n'a point de ces chimères : ce n'est pas là le lieu des

préjugés.

- Une chimère d'honneur ! dit Mirzoza ; des préjugés ! si Votre Hautesse était exposée aux mêmes
inconvénients que nous, elle sentirait que ce qui intéresse la vertu n'est rien moins que chimérique. "

Toutes les dames, enhardies par la réponse de la sultane, soutinrent qu'il était superflu de les mettre à de
certaines épreuves ; et Mangogul qu'au moins ces épreuves étaient presque toujours dangereuses.

Ces propos conduisirent au vin de Champagne ; on s'y livra, on se mit en pointe ; et les bijoux
s'échauffèrent : c'était l'instant où Mangogul s'était proposé de recommencer ses malices. Il tourna sa

bague sur une jeune femme fort enjouée, assise assez proche de lui et placée en face de son époux ; et

l'on entendit s'élever de dessous la table un bruit plaintif, une voix faible et languissante qui disait :

" Ah ! que je suis harassé ! je n'en puis plus, je suis sur les dents.

- Comment, de par la Pagode Pongo Sabiam, s'écria Husseim, le bijou de ma femme parle ; et que peut-il
dire ?

- Nous allons entendre, répondit le sultan...

- Prince, vous me permettrez de n'être pas du nombre de ses auditeurs, répliqua Husseim ; et s'il lui
échappait quelques sottises, Votre Hautesse pense-t-elle ?...

- Je pense que vous êtes fou, répondit le sultan, de vous alarmer pour le caquet d'un bijou : ne sait-on pas
une bonne partie de ce qu'il pourra dire, et ne devine-t-on pas le reste ? Asseyez-vous donc, et tâchez de

vous amuser. "

Husseim s'assit, et le bijou de sa femme se mit à jaser comme une pie.

" Aurai-je toujours ce grand flandrin de Valanto ? s'écria-t-il, j'en ai vu qui finissaient, mais celui-ci... "

< page précédente | 14 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.