bibliotheq.net - littérature française
 

Comtesse de Ségur - Un bon petit diable

emporta à la place qu'ils avaient occupée.

Quand M. Old Nick et les surveillants rentrèrent, l'un dans son cabinet de travail, les autres dans leurs
études, leur étonnement fut grand de retrouver leur vêtement mouillé et ne tenant plus au siège auquel il

était si bien collé une heure auparavant. Le vieux Old Nick appela sa femme pour lui faire contempler

cette nouvelle merveille. Maître Boxear parcourut de l'oeil tous ses élèves, studieusement inclinés sur

leurs pupitres; M. Old Nick junior et les deux autres surveillants interrogèrent leurs élèves et n'obtinrent

que des exclamations de surprise, des accusations contre les fées, l'homme noir, etc. Il fallut bien attendre

jusqu'au lendemain.

L'étude fut troublée par quelques cris sourds et lointains, dont les maîtres ne se rendirent pas compte, et
auxquels ils ne firent guère attention.

Les enfants riaient sous cape et se complaisaient dans leur vengeance, car ils avaient deviné que c'était le
sourd, le sonneur, le fouetteur, dont ils entendaient l'appel réitéré. Bientôt un mouvement inaccoutumé se

fit entendre dans la cour; Boxear mit la tête à la fenêtre, fit un geste de surprise et sortit immédiatement.

A peine fut-il dehors, que les enfants se précipitèrent aux fenêtres; un spectacle étrange excita leur gaieté.
Le sourd était dans la cour, assis sur un banc, le traînant ou plutôt le portant avec lui quand il changeait

de place. MM. Old Nick et les trois maîtres d'étude étaient groupés près de lui, et, moitié riant, moitié en

colère, Old Nick junior s'efforçait de lui faire comprendre le moyen qu'ils avaient eux-mêmes employé

pour sortir d'une, situation semblable. Le sourd faisait la sourde oreille; il ne voulait pas comprendre ni

employer un moyen qu'il trouvait humiliant. Les frères Old Nick finirent par couper, malgré son

opposition, la partie du vêtement qui adhérait au banc, et délivrèrent ainsi leur sonneur, qu'ils envoyèrent

de suite à la cloche, fort en retard. Les enfants riaient à l'envi l'un de l'autre; quand ils virent l'opération

terminée et chaque surveillant reprendre le chemin de son étude respective, ils se rejetèrent sur leurs

bancs; Boxear les retrouva tous travaillant avec la même ardeur silencieuse qu'il avait presque admirée

avant de sortir.

«Ils n'ont rien vu; ils ne se sont aperçus de rien, se dit-il. Je ne sais ce qu'il leur prend d'être si attentifs à
leur travail!»

XIV. CHARLES FAIT SES CONDITIONS IL EST DÉLIVRÉ

La journée se termina sans accidents et sans nouveaux méfaits de l'homme noir ni des fées. Le
lendemain, grand jour des révélations de Charles, Old Nick prévint les enfants que si les coupables

n'étaient pas nommés à midi, les retenues et les exécutions commenceraient. Pendant l'étude de neuf

heures. Charles demanda la permission de sortir. Boxear, devinant le projet de Charles, accorda la

permission. Les élèves, qui le connaissaient mieux encore que Boxear, se montraient agités; ils

tremblaient pour le malheureux Charles, et ils éprouvaient une certaine reconnaissance du sentiment

généreux qui le portait à s'accuser pour disculper ses camarades.

Charles se dirigea vers le cabinet de M. Old Nick.

«M'sieur? dit-il en entrant.

Old Nick: - Qu'est-ce que c'est? Que veux-tu?

Charles: - M'sieur, aucun des élèves ne veut parler, personne ne veut vous indiquer les coupables; alors
j'ai pensé que ce n'était pas bien, que vous deviez, comme chef de la maison, connaître les noms de ceux

< page précédente | 54 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.