bibliotheq.net - littérature française
 

Comtesse de Ségur - Un bon petit diable

cette maison, c'est pis que les galères; l'on y bat les enfants, que c'est une pitié.

Madame Mac'Miche: - Il ira chez M. Old Nick.

Betty: - Si Charles quitte la maison, je n'y resterai certainement pas sans lui.

Madame Mac'Miche: - Tant mieux, va-t'en de suite; je voulais tout juste te dire de chercher une
condition.»

Betty ne dit rien; elle monta dans sa chambre, fit sa petite malle, alla faire le paquet de Charles, auquel
elle ajouta quelques effets à elle, comme mouchoirs, bas, gilets tricotés, et descendit tenant sa malle d'une

main, et de l'autre le petit paquet du pauvre Charles.

«Viens, mon ami, lui dit-elle, tu ne seras pas plus malheureux ni plus battu chez le méchant Old Nick que
tu ne l'as été ici; il n'y a pas de regret à avoir en cette maison.

- Je ne te verrai plus, Betty? dit tristement Charles.

Betty:-Qui sait? Je vais tâcher de me placer chez M. Old Nick; il cherche toujours des servantes.
Peut-être y a-t-il place pour moi dès aujourd'hui.

Charles: - Quel bonheur, Betty! Je ne serai pas tout à fait malheureux, te sachant si près de moi.»

Avant de franchir le seuil de la porte, il se retourna vers Mme Mac'Miche, qui voyait échapper sa proie
avec satisfaction et colère: d'une part, la joie du gain qu'elle ferait ne payant pas la pension de Charles et

n'ayant plus à l'entretenir; d'autre part, la rage de n'avoir plus personne à tourmenter, et de les voir partir

heureux de la quitter.

«Adieu, ma cousine, dit Charles; quand je serai grand, je viendrai vous redemander mes cinquante mille
francs, intérêts et capital, comme vous disiez.»

Mme Mac'Miche prit un balai pour faire ses derniers adieux à Charles mais d'un bond il avait déjà rejoint
Betty quand le balai retomba et brisa un carreau de la porte. Ils se sauvèrent, laissant Mme Mac'Miche

crier et pleurer sur son carreau cassé; elle ne voulut pas faire la dépense d'un carreau neuf et boucha

l'ouverture avec une feuille de papier qu'elle fit tenir avec le reste de la colle de Charles.

X. DERNIER EXPLOIT DE CHARLES

Charles: - Betty, laisse-moi faire mes adieux à Marianne et à Juliette avant d'entrer dans cette maison. Je
n'y resterai pas longtemps; dans peu de jours, j'espère être revenu chez Juliette.

Betty: - Et moi, donc! Tu me laisseras chez ce vieux Old Nick?

Charles: - Je t'avertis, précisément pour que tu ne t'engages pas pour longtemps.

Betty: - Bien mieux; j'entrerai à l'essai, à la journée.

Charles: - Très bien; et en sortant de là, nous irons chez Juliette.

Betty: - Mais tu parles d'en sortir comme si tu en étais certain. Ils voudront te garder une fois qu'ils te
tiendront.

Charles: - Pas de danger, va; je leur rendrai la vie dure, et puis ma cousine ne payera pas; je ne leur serai

< page précédente | 39 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.