bibliotheq.net - littérature française
 

Comtesse de Ségur - Un bon petit diable

je ne vous avais pas vu encore.

Madame Mac'Miche: - Si j'avais su plus tôt faire société avec un ami des fées tu m'aurais vue te regarder
ainsi toutes les fois que je te voyais.

Charles: - Mais je ne comprends pas, ma cousine, pourquoi vous me comptez parmi les camarades des
fées. Je crains, moi, que ce ne soit vous qui soyez en faveur près d'elles, puisque vous voyez des choses

que Betty ne voit pas.

Madame Mac'Miche, hors d'elle: - Tais-toi! tais-toi!... Horreur!... Moi amie des fées!... Et tu oses dire un
pareil blasphème! Ah! si je ne craignais de te toucher, tu me le payerais cher!

Charles: - Je remercie bien vos amies les fées de la terreur qu'elles vous inspirent.

Madame Mac'Miche: - Betty, Betty, ôte-le! Mets-le où tu voudras; je ne veux plus le voir, l'entendre!»

Et Mme Mac'Miche monta dans sa chambre, prit son châle, son chapeau, et sortit en menaçant Charles du
poing. Celui-ci était enchanté du bon service que lui avaient rendu ses diables en papier.

IX. MADAME MAC'MICHE SE VENGE

Au lieu d'aller faire la lecture à sa cousine, Charles se trouvait libre; il profita de son loisir pour aider
Betty à ôter le couvert, à laver la vaisselle, à récurer les casseroles; Betty voulut en vain l'en empêcher.

Charles: - Laisse, laisse, Betty, je ne trouve pas souvent l'occasion de te rendre de petits services; ne
m'enlève pas cette satisfaction; je t'aime et je ne peux jamais te le prouver.

Betty: - Je t'aime bien aussi, mon pauvre Charlot, quoique tu sois un peu diable quelquefois.

Charles: - Oh! mais pas avec toi, Betty?

Betty: - Avec moi, jamais. Et que vas-tu faire quand nous aurons fini? Moi, j'ai mon linge à
raccommoder.

Charles: - Et moi, j'irai chez Juliette; j'aiderai là-bas à leur ménage; j'y trouve toujours à faire.»

Charles continua son travail, qu'il ne laissa pas inachevé. Quand tout fut nettoyé, rangé, mis en ordre, il
embrassa Betty et courut chez Juliette; elle pleurait.

Charles lui saisit les mains et les baisa.

«Juliette, ma bonne Juliette, qu'as-tu? Pourquoi pleures-tu?

Juliette: - Oh! Charles, Charles! Je viens de voir ma cousine Mac'Miche; j'ai bien du chagrin!

Charles: - La méchante! la misérable! Que t'a-t-elle dit? Qu'a-t-elle fait? Dis-moi vite, Juliette, que je
tâche de te venger!

Juliette: - Hélas! mon pauvre Charles, si j'ai du chagrin, c'est par rapport à toi. Ma cousine m'a dit qu'elle
allait te mettre dès ce soir chez les frères Old Nick, ces deux messieurs nouvellement établis à une

demi-lieue du bourg, dans le Fairy's Hall, où ils prennent les enfants détestés de leurs parents, ou bien les

pauvres abandonnés. Ces deux frères ont une espèce de pension particulière où les enfants sont, dit-on, si

terriblement traités...

< page précédente | 35 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.