bibliotheq.net - littérature française
 

Comtesse de Ségur - Un bon petit diable

I. LES FÉES

Dans une petite ville d'Ecosse, dans la petite rue des Combats, vivait une veuve d'une cinquantaine
d'années, Mme Mac'Miche. Elle avait l'air dur et repoussant. Elle ne voyait personne, de peur de se

trouver entraînée dans quelque dépense, car elle était d'une avarice extrême. Sa maison était vieille, sale

et triste; elle tricotait un jour dans une chambre du premier étage, simplement, presque misérablement

meublée. Elle jetait de temps en temps un coup d'oeil à la fenêtre et paraissait attendre quelqu'un; après

avoir donné divers signes d'impatience, elle s'écria:

«Ce misérable enfant! Toujours en retard! Détestable sujet! Il finira par la prison et la corde, si je ne
parviens à le corriger!»

A peine avait-elle achevé ces mots que la porte vitrée qui faisait face à la croisée s'ouvrit; un jeune
garçon de douze ans entra et s'arrêta devant le regard courroucé de la femme. Il y avait, dans la

physionomie et dans toute l'attitude de l'enfant, un mélange prononcé de crainte et de décision.

Madame Mac'Miche: - D'où viens-tu? Pourquoi rentres-tu si tard, paresseux?

Charles: - Ma cousine, j'ai été retenu un quart d'heure par Juliette, qui m'a demandé de la ramener chez
elle parce qu'elle s'ennuyait chez M. le juge de paix.

Madame Mac'Miche: - Quel besoin avais-tu de la ramener? Quelqu'un de chez le juge de paix ne
pouvait-il s'en charger? Tu fais toujours l'aimable, l'officieux; tu sais pourtant que j'ai besoin de toi. Mais

tu t'en repentiras, mauvais garnement!... Suis-moi.»

Charles, combattu entre le désir de résister à sa cousine et la crainte qu'elle lui inspirait, hésita un instant,
la cousine se retourna, et, le voyant encore immobile, elle le saisit par l'oreille et l'entraîna vers un

cabinet noir dans lequel elle le poussa violemment.

«Une heure de cabinet et du pain et de l'eau pour dîner! et une autre fois ce sera bien autre chose.

- Méchante femme! Détestable femme! marmotta Charles dès qu'elle eut fermé la porte. Je la déteste!
Elle me rend si malheureux, que j'aimerais mieux être aveugle comme Juliette que de vivre chez cette

méchante créature... Une heure!... C'est amusant!... Mais aussi je ne lui ferai pas la lecture pendant ce

temps; elle s'ennuiera, elle n'aura pas la fin de Nicolas Nickleby, que je lui ai commencé ce matin! C'est

bien fait! J'en suis très content.»

Charles passa un quart d'heure de satisfaction avec l'agréable pensée de l'ennui de sa cousine, mais il finit
par s'ennuyer aussi.

«Si je pouvais m'échapper! pensa-t-il. Mais par où? comment? La porte est trop solidement fermée! Pas
moyen de l'ouvrir... Essayons pourtant...»

Charles essaya, mais il eut beau pousser, il ne parvint seulement pas à l'ébranler Pendant qu'il travaillait
en vain à sa délivrance, la clef tourna dans la serrure; il sauta lestement en arrière, se réfugia au fond du

cabinet, et vit apparaître, au lieu du visage dur et sévère de sa cousine, la figure enjouée de Betty,

cuisinière, bonne et femme de chambre tout à la fois.

«Qu'est-ce qu'il y a? dit-elle à voix basse. Encore en pénitence!

Charles: - Toujours, Betty, toujours. Tu sais que ma cousine est heureuse quand elle me fait du mal.

< page précédente | 2 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.