bibliotheq.net - littérature française
 

Comtesse de Ségur - Un bon petit diable

- Toujours pour vous, Monsieur le juge. Très flattée de votre visite.

Charles, donne un fauteuil à M. le juge.»

Charles se leva, ne put retenir un geste de douleur et un aïe! étouffé.

«Qu'as-tu donc, mon ami? tu marches péniblement comme si tu souffrais de quelque part», lui dit le juge.

Mme Mac'Miche devint pourpre, s'agita sur son fauteuil, et dit à Charles de se dépêcher et de s'en aller.

Mais Charles, qui n'était pas encore passé à l'état de douceur et de charité parfaite que lui prêchait
Juliette, ne fut pas fâché d'avoir l'occasion de révéler au juge les mauvais traitements de sa cousine.

Charles: - Je crois bien, Monsieur le juge, que je souffre; ma cousine m'a tant battu avec la baguette que
voilà près d'elle, que j'en suis tout meurtri.

Madame Mac'Miche! dit le juge avec sévérité.

Madame Mac'Miche: - Ne l'écoutez pas, Monsieur le juge, ne le croyez pas, il ment du matin au soir.

Charles: - Vous savez bien, ma cousine, que je ne mens pas, que vous m'avez battu comme je le dis; et
c'est si vrai, que Betty m'a mis un cataplasme de chandelle; voulez-vous que je vous le fasse dire par

elle?

Cette pauvre Betty en pleurait.

- Madame Mac'Miche, reprit le juge, vous savez que les mauvais traitements sont interdits par la loi, et
que vous vous exposez...

Madame Mac'Miche: - Soyez donc tranquille, Monsieur le juge; je l'ai fouetté, c'est vrai, parce qu'il
voulait mettre le feu à la maison ce matin; vous ne savez pas ce que c'est que ce garçon! Méchant, colère,

menteur, paresseux, entêté; enfin, tous les vices il les a.

Le Juge: - Ce n'est pas une raison pour le battre au point de gêner ses mouvements. Prenez garde,
Madame Mac'Miche, on m'a déjà dit quelque chose là-dessus, et si les plaintes se renouvellent, je serai

obligé d'y donner suite.»

Mme Mac'Miche était vexée; Charles triomphait: ses bons sentiments s'étaient déjà évanouis, et il forma
l'horrible résolution d'agacer sa cousine pour la mettre hors d'elle, se faire battre encore, et, au moyen de

Betty, aposter des témoins qui iraient porter plainte au juge.

«Je n'en serai pas plus malade, pensa-t-il, grâce aux visières de mon cousin défunt, et elle sera appelée
devant le tribunal, qui la jugera et la condamnera. Si on pouvait la condamner à être fouettée à son tour,

que je serais content, que je serais donc content!... Et Juliette! Que me dira-t-elle, que pensera-t-elle?...

Ah bah! j'ai promis à Juliette de ne pas être insolent avec ma cousine, de ne pas lui résister, mais je n'ai

pas promis de ne pas chercher à la corriger; puisque ma cousine trouve que me maltraiter c'est me

corriger et me rendre meilleur, elle doit penser de même pour elle, qui est cent fois plus méchante que je

ne le suis.»

V. DOCILITÉ MERVEILLEUSE DE CHARLES. LES VISIÈRES

Charles très content de son nouveau projet, sortit sans que sa cousine osât le rappeler en présence du

< page précédente | 18 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.