bibliotheq.net - littérature française
 

Comtesse de Ségur - Un bon petit diable

Charles: - Pourquoi ça? Elle me donne de bons conseils pourtant.

Madame Mac'Miche: - Je ne veux pas que tu y ailles.»

Pendant que Charles restait indécis sur ce qu'il ferait, la cousine s'était avancée vers lui; elle saisit la boîte
d'allumettes que Charles avait posée sur une table, donna prestement deux soufflets et un coup de pied

dans les jambes de Charles stupéfait, s'élança hors de sa chambre et ferma la porte à double tour.

«Amuse-toi, mon garçon, amuse-toi là jusqu'au souper; je vais donner de tes nouvelles à Juliette!» cria
Mme Mac'Miche à travers la porte.

III. UNE AFFAIRE CRIMINELLE

Charles, furieux de se trouver pris comme un rat dans une ratière, se jeta sur la porte pour la défoncer;
mais la porte était solide; trois fois il se lança dessus de toutes ses forces, mais il ne réussit qu'à se

meurtrir l'épaule; après le troisième élan il y renonça.

«Méchante femme! Mon Dieu, que je la déteste! Et Juliette qui voulait que je lui demandasse pardon!
Une pareille mégère!... Que puis-je faire pour me venger?...»

Charles regarda de tous côtés, ne trouva rien.

«Je pourrais bien déchirer son ouvrage qu'elle a laissé; mais à quoi cela servirait-il? elle en prendra un
autre! Que je suis donc malheureux d'être obligé de vivre avec cette furie!»

Charles s'assit, appuya ses coudes sur ses genoux, sa tête dans ses mains et réfléchit. A mesure qu'il
pensait, son visage perdait de son expression méchante, son regard s'adoucissait, ses yeux devenaient

humides, et, enfin une larme roula le long de ses joues.

«Je crois que Juliette a raison, dit-il; elle serait moins méchante si j'étais meilleur; je serais moins
malheureux si j'étais plus patient, si je pouvais être doux et résigné comme Juliette!... Pauvre Juliette!

Elle est aveugle! Elle est seule tout le temps que sa soeur Mary travaille! Elle s'ennuie toute la journée!...

Et jamais elle ne se plaint, jamais elle ne se fâche! toujours bonne, toujours souriante!...il est vrai qu'elle

est plus vieille que moi! Elle a quinze ans, et moi je n'en ai que treize... C'est égal, à quinze ans je ne

serai pas bon comme elle! Non, non, avec cette cousine abominable, je ne pourrai jamais m'empêcher

d'être méchant...

Tiens! qu'est-ce que j'entends? dit-il en se levant. Quel bruit!...

Qu'est-ce que c'est donc?... Et cette maudite porte qui est fermée! Ah! une idée! Je brise un carreau et je
passe.»

Charles saisit une pincette, donna un coup sec dans un des carreaux de la porte qui était vitrée, et engagea
sa tête et ses épaules dans le carreau cassé; il passa après de grands efforts et en se faisant plusieurs

petites coupures aux mains et aux épaules, une fois dehors, il descendit l'escalier, courut à la cuisine, où il

n'y avait personne; puis à la porte de la rue, qu'il ouvrit. Il se trouva en face d'un groupe nombreux qui

escortait et ramenait Mme Mac'Miche; un homme en blouse suivait, mené, tiré par ceux qui

l'accompagnaient; Mme Mac'Miche criait l'homme jurait, l'escorte criait et jurait; à ce bruit se mêlaient

les cris discordants de Betty, qui, pour complaire à Mme Mac'Miche, accablait d'injures et de reproches

tous les gens de l'escorte. La porte se trouvant ouverte par Charles, tout le monde entra: On plaça Mme

Mac'Miche sur une chaise, Betty tira de l'eau fraîche de la fontaine et bassina les yeux de sa maîtresse qui

< page précédente | 11 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.