bibliotheq.net - littérature française
 

Comtesse de Ségur - Pauvre Blaise

C'est au mieux, tous les jours je vous attendrai; quand je ne vous aurai pas vus, je vous espérerai pour le
lendemain.

LE COMTE

Et je crois que tu ne seras pas souvent trompé dans ton attente, mon ami.»

XVII. LA CORRESPONDANCE

«Une lettre pour M. Blaise», dit un jour le facteur en présentant à Anfry une lettre sous enveloppe, avec
un beau cachet.

Anfry prit la lettre et la remit à Blaise, qui s'empressa de la décacheter, tout surpris d'en recevoir une.

«C'est de M. Jacques, s'écria-t-il en regardant la signature.

- Ah! voyons donc! Que te dit-il?»

Blaise lut tout haut:

«Mon cher Blaise, il y a si longtemps que nous nous sommes quittés que tu m'as peut-être oublié; mais
moi, je pense souvent à toi et je t'aime toujours. Quand je suis parti, j'écrivais si mal et si lentement que

je ne pouvais pas t'envoyer de lettres; à présent, j'ai neuf ans, je travaille beaucoup et je commence à

devenir savant. Il est arrivé une chose très drôle chez un monsieur qui demeure près de chez nous: sa

maison a brûlé (ce n'est pas cela qui est drôle, comme tu penses); après l'incendie, toutes les souris sont

devenues blanches; il y en avait beaucoup, et il y en a encore une quantité; avant, elles étaient grises,

comme toutes les souris. Papa ne voulait pas le croire; alors M. Roussel a attrapé des souris avec un petit

chien qui est très habile pour cela, et papa et moi nous avons vu que toutes les souris attrapées étaient

réellement blanches. - Je m'amuse assez, mais pas tant qu'avec toi; je n'ai pas un seul bon camarade bon

comme toi; ce qui est singulier et très désagréable, c'est qu'ils sont tous un peu menteurs; quand ils ont

fait une sottise, ils ne veulent jamais l'avouer, et ils disent: ce n'est pas moi. Moi je continue à toujours

dire la vérité, comme tu me l'a conseillé, et tout le monde me croit. Ecris-moi quand tu dois faire ta

première communion, et quel jour ce sera, pour que je pense à toi et que je prie pour toi ce jour-là.

Dis-moi aussi ce que tu fais, si tu es heureux, si les enfants du monsieur qui a acheté notre château sont

bons pour toi, s'ils t'aiment. On a dit à papa l'autre jour que le monsieur lui-même était méchant; cela m'a

fait peur pour toi, mon pauvre Blaise, toi qui es si bon. Ne va pas chez lui s'il est méchant; il te ferait du

mal. - Raconte-moi ce que tu fais, et pense souvent à moi, comme je pense souvent à toi. Adieu, mon

cher Blaise, je t'embrasse de tout mon coeur; embrasse pour moi ton papa et ta maman.

«Ton ami, JACQUES DE BERNE.»

«Quelle bonne lettre! s'écria Blaise. Il ne m'oublie pas, ce pauvre M. Jacques! S'il m'avait interrogé
l'année dernière sur ce qu'il me demande aujourd'hui pour M. le comte et ses enfants, j'aurais été bien

embarrassé de répondre; mais aujourd'hui... c'est différent!... Il y a une chose, dans la lettre de M.

Jacques, qui me paraît drôle, comme il le dit lui-même, ajouta Blaise en riant, c'est qu'un incendie ait pu

changer la couleur des souris.

ANFRY

C'est pourtant très possible, car j'ai entendu raconter bien des fois à ton grand-père, qui a été soldat sous
l'empereur Napoléon Ier, que, lors de l'incendie de Moscou, en 1812, quand on est rentré dans les

< page précédente | 95 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.