bibliotheq.net - littérature française
 

Comtesse de Ségur - Pauvre Blaise

BLAISE

Que vous êtes bon, Monsieur le comte! C'est tout ce que je désirais. J'aime tant à lire! M. le curé me prête
quelques livres, mais il n'en a guère qui soient à ma portée.

LE COMTE

Pourquoi ne le disais-tu pas? Tu sais que je me serais fait un vrai plaisir de satisfaire ce goût si sage et si
utile.

BLAISE

Vous avez déjà été si bon pour moi, mon cher Monsieur le comte, que j'aurais craint d'abuser de votre
trop grande indulgence à mes désirs.

LE COMTE

Tu auras tes livres pour ta première communion, mon pauvre garçon. Je suis content d'avoir si bien
trouvé.»

Le comte et la comtesse restèrent quelque temps encore près de Blaise; ils se retirèrent en lui promettant
de revenir le lendemain. Hélène et Jules obtinrent sans peine de rester près de leur cher malade. Hélène

lui proposa de faire une lecture intéressante, ce qu'il accepta avec reconnaissance.

Quand il resta seul, il remercia le bon Dieu du fond de son coeur du bonheur qu'il lui avait envoyé dans
cette journée. Il causa longuement avec son père et sa mère, dîna avec appétit et passa une nuit tranquille.

Le lendemain, ne sentant plus aucune douleur à son pied, il demanda à se lever; sa mère enleva le

cataplasme et vit avec plaisir que l'enflure était disparue; elle lui banda le pied avant de le lui laisser

poser à terre. Quand Blaise fut levé, il essaya de s'appuyer sur le pied malade, la douleur fut si légère,

qu'il voulut faire quelques pas, appuyé sur le bras de son père. Cet essai lui ayant réussi, il demanda à

rester levé; et à partir de ce jour la guérison marcha rapidement. Quand le jour de la retraite arriva, il put

aller à l'église avec les autres enfants de la première communion, et la suivre jusqu'à la fin.

Pendant la retraite, Jules le quittait seulement pour prendre ses repas. Aidés du comte et d'Hélène, ils
avaient arrangé dans la chambre de Jules une petite chapelle ornée d'images, de flambeaux, d'un crucifix,

d'une statue de la sainte Vierge. Trois fois par jour ils faisaient devant cet autel une lecture pieuse et des

prières qu'improvisait Blaise et qui touchaient profondément le coeur du comte et d'Hélène, qui avaient

demandé d'y assister.

La veille de la retraite, les habits de Jules et de Blaise avaient été apportés, de sorte qu'il n'y avait plus
qu'à préparer leurs coeurs à recevoir avec humilité et amour le corps de leur divin Sauveur.

XXI. LE GRAND JOUR

Le soleil brillait de tout son éclat, les cloches du village étaient en branle depuis le matin; le village
lui-même semblait être une fourmilière en pleine activité; on allait, on courait dans les rues; on voyait

passer des femmes, des enfants portant des cierges, des bonnets, des rubans; on allait chercher la voisine

pour aider à tout; d'une maison à l'autre on se prêtait secours pour la toilette et pour le repas qui devait

suivre la sainte cérémonie. Le château était calme; le comte n'avait voulu aucun déploiement de luxe;

tous devaient aller à pied à l'église. Jules avait demandé à se placer près de Blaise; Hélène devait rester

près de son père et de sa mère. Jules se tenait avec son père dans sa chambre, en attendant Blaise, qui

< page précédente | 116 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.