bibliotheq.net - littérature française
 

Comtesse de Ségur - Pauvre Blaise

Allons, Blaisot, viens parler à M. le comte; il veut que tu lui racontes ce qui s'est passé avec M. Jules.

BLAISE

Oh! papa, j'ai peur. Il a l'air en colère; il va me battre.

ANFRY

Te battre! Sois tranquille, mon garçon, je suis là, moi; s'il fait mine de te toucher, je t'emmène et nous
quitterons la maison, seulement le temps d'emporter nos effets.»

Blaise sortit de sa cachette et, tout tremblant, suivit son père, qui l'emmena devant M. de Trénilly. Blaise
n'osait lever les yeux; M. de Trénilly le regardait avec colère.

«Raconte-moi comment mon fils a reçu sa blessure, dit-il enfin avec dureté.

BLAISE

Il ne voulait pas me rendre la serpe que papa m'avait envoyé chercher, Monsieur; j'ai insisté, il s'est
fâché, il a voulu m'en donner un coup; la serpe est lourde, elle est retombée malgré lui et l'a blessé au

pied.

M. DE TRÉNILLY

Tu mens! je te dis que tu mens!

BLAISE, vivement

Non, Monsieur, je ne mens pas; je ne mens jamais. Si j'avais blessé M. Jules, je l'aurais dit sans attendre
qu'on me le demandât.»

L'honnête indignation de Blaise parut faire impression sur M. de Trénilly; il regarda alternativement
Blaise et Anfry, et s'en alla en se disant à mi-voix:

«C'est singulier! Il a l'air franc et honnête; mais pourquoi Jules aurait-il fait ce conte, et pourquoi Michel
l'aurait-il soutenu?... C'est ce que je vais tâcher de me faire expliquer...»

Quand il fut parti, Anfry rentra avec Blaise et lui répéta la défense d'aller au château sans nécessité.

III. LA RÉPARATION ET LA RECHUTE

Huit jours après, Blaise était dans le jardin avec son père; ils bêchaient tous deux une plate-bande de
salades, lorsque la voix de M. de Trénilly se fit entendre; il appelait Anfry.

«Me voici, Monsieur le comte», répondit Anfry; et il courut vers le comte, qui tenait Jules par la main.

«Anfry, dit le comte, voici Jules qui vient faire ses excuses à votre garçon pour ce qui s'est passé la
semaine dernière: votre garçon avait raison, c'est Michel qui a menti; Jules s'est blessé lui-même, il l'a

avoué, et il est bien fâché d'avoir accusé à tort votre garçon; de peur d'être grondé pour avoir touché la

serpe, il a fait un mensonge et une méchanceté, mal conseillé par Michel, que j'ai renvoyé de mon service

et qui est retourné dans son pays; Jules ne recommencera pas, il me l'a bien promis. Jules, va chercher

Blaise; tu le lui diras toi-même.»

< page précédente | 11 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.