bibliotheq.net - littérature française
 

Comte de Lautréamont - Les Chants de Maldoror

V

Sur un banc du Palais-Royal, du côté gauche et non loin de la pièce d'eau, un individu, débouchant de la
rue de Rivoli, est venu s'asseoir. Il a les cheveux en désordre, et ses habits dévoilent l'action corrosive

d'un dénûment prolongé. Il a creusé un trou dans le sol avec un morceau de bois pointu, et a rempli de

terre le creux de sa main. Il a porté cette nourriture à la bouche et l'a rejetée avec précipitation. Il s'est

relevé, et, appliquant sa tête contre le banc, il a dirigé ses jambes vers le haut. Mais, comme cette

situation funambulesque est en dehors des lois de la pesanteur qui régissent le centre de gravité, il est

retombé lourdement sur la planche, les bras pendants, la casquette lui cachant la moitié de la figure, et les

jambes battant le gravier dans une situation d'équilibre instable, de moins en moins rassurante. Il reste

longtemps dans cette position. Vers l'entrée mitoyenne du nord, à côté de la rotonde qui contient une

salle de café, le bras de notre héros est appuyé contre la grille. Sa vue parcourt la superficie du rectangle,

de manière à ne laisser échapper aucune perspective. Ses yeux reviennent sur eux-mêmes, après

l'achèvement de l'investigation, et il aperçoit, au milieu du jardin, un homme qui fait de la gymnastique

titubante avec un banc sur lequel il s'efforce de s'affermir, en accomplissant des miracles de force et

d'adresse. Mais, que peut la meilleure intention, apportée au service d'une cause juste, contre les

dérèglements de l'aliénation mentale? Il s'est avancé vers le fou, l'a aidé avec bienveillance à replacer sa

dignité dans une position normale, lui a tendu la main, et s'est assis à côté de lui. Il remarque que la folie

n'est qu'intermittente; l'accès a disparu; son interlocuteur répond logiquement à toutes les questions.

Est-il nécessaire de rapporter le sens de ses paroles? Pourquoi rouvrir, à une page quelconque, avec un

empressement blasphématoire, l'in-folio des misères humaines? Rien n'est d'un enseignement plus

fécond. Quand même je n'aurais aucun événement de vrai à vous faire entendre, j'inventerais des récits

imaginaires pour les transvaser dans votre cerveau. Mais, le malade ne l'est pas devenu pour son propre

plaisir; et la sincérité de ses rapports s'allie à merveille avec la crédulité du lecteur. «Mon père était un

charpentier de la rue de la Verrerie ... Que la mort des trois Marguerite retombe sur sa tête, et que le bec

du canari lui ronge éternellement l'axe du bulbe oculaire! Il avait contracté l'habitude de s'enivrer; dans

ces moments-là, quand il revenait à la maison, après avoir couru les comptoirs des cabarets, sa fureur

devenait presque incommensurable, et il frappait indistinctement les objets qui se présentaient à sa vue.

Mais, bientôt, devant les reproches de ses amis, il se corrigea complètement, et devint d'une humeur

taciturne. Personne ne pouvait l'approcher, pas même notre mère. Il conservait un secret ressentiment

contre l'idée du devoir qui l'empêchait de se conduire à sa guise. J'avais acheté un serin pour mes trois

soeurs; c'était pour mes trois soeurs que j'avais acheté un serin. Elles l'avaient enfermé dans une cage,

au-dessus de la porte, et les passants s'arrêtaient, chaque fois, pour écouter les chants de l'oiseau, admirer

sa grâce fugitive et étudier ses formes savantes. Plus d'une fois, mon père avait donné l'ordre de faire

disparaître la cage et son contenu, car il se figurait que le serin se moquait de sa personne, en lui jetant le

bouquet des cavatines aériennes de son talent de vocaliste. Il alla détacher la cage du clou, et glissa de la

chaise, aveuglé par la colère. Une légère excoriation au genou fut le trophée de son entreprise. Après être

resté quelques secondes à presser la partie gonflée avec un copeau, il rabaissa son pantalon, les sourcils

froncés, prit mieux ses précautions, mit la cage sous son bras et se dirigea vers le fond de son atelier. Là,

malgré les cris et les supplications de sa famille (nous tenions beaucoup à cet oiseau, qui était, pour nous,

comme le génie de la maison) il écrasa de ses talons ferrés la boîte d'osier, pendant qu'une varlope,

tournoyant autour de sa tête, tenait à distance les assistants. Le hasard fit que le serin ne mourut pas sur le

coup; ce flocon de plumes vivait encore, malgré la maculation sanguine. Le charpentier s'éloigna, et

referma la porte avec bruit. Ma mère et moi, nous nous efforçâmes de retenir la vie de l'oiseau, prête à

s'échapper; il atteignait à sa fin, et le mouvement de ses ailes ne s'offrait plus à la vue, que comme le

miroir de la suprême convulsion d'agonie. Pendant ce temps, les trois Marguerite, quand elles

< page précédente | 99 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.