bibliotheq.net - littérature française
 

Comte de Lautréamont - Les Chants de Maldoror

désertes, immondes charniers de mes heures d'ennui. Comment dire cela? Quand je pense à vous, ma
poitrine s'agite, retentissante comme l'écroulement d'un empire en décadence; car, l'ombre de votre

amour accuse un sourire qui, peut-être, n'existe pas: elle est si vague, et remue ses écailles si

tortueusement! Entre vos mains, j'abandonne mes sentiments impétueux, tables de marbre toutes neuves,

et vierges encore d'un contact mortel. Prenons patience jusqu'aux premières lueurs du crépuscule matinal,

et, dans l'attente du moment qui me jettera dans l'entrelacement hideux de vos bras pestiférés, je

m'incline humblement à vos genoux, que je presse.» Après avoir écrit cette lettre coupable, Mervyn la

porte à la poste et revient se mettre au lit. Ne comptez pas y trouver son ange gardien. La queue de

poisson ne volera que pendant trois jours, c'est vrai; mais, hélas! la poutre n'en sera pas moins brûlée; et

une balle cylindro-conique percera la peau du rhinocéros, malgré la fille de neige et le mendiant! C'est

que le fou couronné aura dit la vérité sur la fidélité des quatorze poignards.

VI

Je me suis aperçu que je n'avais qu'un oeil au milieu du front! O miroirs d'argent, incrustés dans les
panneaux des vestibules, combien de services ne m'avez-vous pas rendus par votre pouvoir réflecteur!

Depuis le jour où un chat angora me rongea, pendant une heure, la bosse pariétale, comme un trépan qui

perfore le crâne, en s'élançant brusquement sur mon dos, parce que j'avais fait bouillir ses petits dans une

cuve remplie d'alcool, je n'ai pas cessé de lancer contre moi-même la flèche des tourments. Aujourd'hui,

sous l'impression des blessures que mon corps a reçues dans diverses circonstances, soit par la fatalité de

ma naissance, soit par le fait de ma propre faute; accablé par les conséquences de ma chute morale

(quelques-unes ont été accomplies; qui prévoira les autres?); spectateur impassible des monstruosités

acquises ou naturelles, qui décorent les aponévroses et l'intellect de celui qui parle, je jette un long regard

de satisfaction sur la dualité qui me compose ... et je me trouve beau! Beau comme le vice de

conformation congénital des organes sexuels de l'homme, consistant dans la brièveté relative du canal de

l'urètre et la division ou l'absence de sa paroi inférieure, de telle sorte que ce canal s'ouvre à une distance

variable du gland et au-dessous du pénis; ou encore, comme la caroncule charnue, de forme conique,

sillonnée par des rides transversales assez profondes, qui s'élève sur la base du bec supérieur du dindon;

ou plutôt, comme la vérité qui suit: «Le système des gammes, des modes et de leur enchaînement

harmonique ne repose pas sur des lois naturelles invariables, mais il est, au contraire, la conséquence de

principes esthétiques qui ont varié avec le développement progressif de l'humanité, et qui varieront

encore;» et surtout, comme une corvette cuirassée à tourelles! Oui, je maintiens l'exactitude de mon

assertion. Je n'ai pas d'illusion présomptueuse, je m'en vante, et je ne trouverais aucun profit dans le

mensonge; donc, ce que j'ai dit, vous ne devez mettre aucune hésitation à le croire. Car, pourquoi

m'inspirerais-je à moi-même de l'horreur, devant les témoignages élogieux qui partent de ma conscience?

Je n'envie rien au Créateur; mais, qu'il me laisse descendre le fleuve de ma destinée, à travers une série

croissante de crimes glorieux. Sinon, élevant à la hauteur de son front un regard irrité de tout obstacle, je

lui ferai comprendre qu'il n'est pas le seul maître de l'univers; que plusieurs phénomènes qui relèvent

directement d'une connaissance plus approfondie de la nature des choses, déposent en faveur de l'opinion

contraire, et opposent un formel démenti à la viabilité de l'unité de la puissance. C'est que nous sommes

deux à nous contempler les cils des paupières, vois-tu ... et tu sais, que plus d'une fois a retenti, dans ma

bouche sans lèvres, le clairon de la victoire. Adieu, guerrier illustre; ton courage dans le malheur inspire

de l'estime à ton ennemi le plus acharné; mais Maldoror te retrouvera bientôt pour te disputer la proie qui

s'appelle Mervyn. Ainsi, sera réalisée la prophétie du coq, quand il entrevit l'avenir au fond du

candélabre. Plût au ciel que le crabe tourteau rejoigne à temps la caravane des pèlerins, et leur apprenne

en quelques mots la narration du chiffonnier de Clignancourt!

< page précédente | 98 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.