bibliotheq.net - littérature française
 

Comte de Lautréamont - Les Chants de Maldoror

pendant que j'étais étourdi par la douleur. Je ne te raconterai pas comment le pâtre vint à mon secours, ni
combien de temps devint nécessaire à ma guérison. Qu'il te suffise de savoir que cette trahison, à laquelle

je ne m'attendais pas, me donna l'envie de rechercher la mort. Je portai ma présence dans les combats,

afin d'offrir ma poitrine aux coups. J'acquis de la gloire dans les champs de bataille; mon nom était

devenu redoutable même aux plus intrépides, tant mon artificielle main de fer répandait le carnage et la

destruction dans les rangs ennemis. Cependant, un jour que les obus tonnaient beaucoup plus fort qu'à

l'ordinaire, et que les escadrons, enlevés de leur base, tourbillonnaient, comme des pailles, sous

l'influence du cyclone de la mort, un cavalier, à la démarche hardie, s'avança devant moi, pour me

disputer la palme de la victoire. Les deux armées s'arrêtèrent, immobiles, pour nous contempler en

silence. Nous combattîmes longtemps, criblés de blessures, et les casques brisés. D'un commun accord,

nous cessâmes la lutte, afin de nous reposer, et la reprendre ensuite avec plus d'énergie. Plein

d'admiration pour son adversaire, chacun lève sa propre visière: «Elseneur!...», «Réginald!...», telles

furent les simples paroles que nos gorges haletantes prononcèrent en même temps. Ce dernier, tombé

dans le désespoir d'une tristesse inconsolable, avait pris, comme moi, la carrière des armes, et les balles

l'avaient épargné. Dans quelles circonstances nous nous retrouvions! Mais ton nom ne fut pas prononcé!

Lui et moi, nous nous jurâmes une amitié éternelle; mais, certes, différente des deux premières dans

lesquelles tu avais été le principal acteur. Un archange, descendu du ciel et messager du Seigneur, nous

ordonna de nous changer en une araignée unique, et de venir chaque nuit te sucer la gorge, jusqu'à ce

qu'un commandement venu d'en haut arrêtât le cours du châtiment. Pendant près de dix ans, nous avons

hanté ta couche. Dès aujourd'hui, tu es délivré de notre persécution. La promesse vague dont tu parlais,

ce n'est pas à nous que tu la fis, mais bien à l'Être qui est plus fort que toi: tu comprenais toi-même qu'il

valait mieux se soumettre à ce décret irrévocable. Réveille-toi, Maldoror! Le charme magnétique qui a

pesé sur ton système cérébro-spinal, pendant les nuits de deux lustres, s'évapore.» Il se réveille comme il

lui a été ordonné, et voit deux formes célestes disparaître dans les airs, les bras entrelacés. Il n'essaie pas

de se rendormir. Il sort lentement, l'un après l'autre, ses membres hors de sa couche. Il va réchauffer sa

peau glacée aux tisons rallumés de la cheminée gothique. Sa chemise seule recouvre son corps. Il cherche

des yeux la carafe de cristal afin d'humecter son palais desséché. Il ouvre les contrevents de la fenêtre. Il

s'appuie sur le rebord. Il contemple la lune qui verse, sur sa poitrine, un cône de rayons extatiques, où

palpitent, comme des phalènes, des atomes d'argent d'une douceur ineffable. Il attend que le crépuscule

du matin vienne apporter, par le changement de décors, un dérisoire soulagement à son coeur bouleversé.

FIN DU CINQUIÈME CHANT

CHANT SIXIÈME

Vous, dont le calme enviable ne peut pas faire plus que d'embellir le faciès, ne croyez pas qu'il s'agisse
encore de pousser, dans des strophes de quatorze ou quinze lignes, ainsi qu'un élève de quatrième, des

exclamations qui passeront pour inopportunes, et des gloussements sonores de poule cochinchinoise,

aussi grotesques qu'on serait capable de l'imaginer, pour peu qu'on s'en donnât la peine; mais il est

préférable de prouver par des faits les propositions que l'on avance. Prétendriez-vous donc que, parce que

j'aurais insulté, comme en me jouant, l'homme, le Créateur et moi-même, dans mes explicables

hyperboles, ma mission fût complète? Non: la partie la plus importante de mon travail n'en subsiste pas

moins, comme tâche qui reste à faire. Désormais, les ficelles du roman remueront les trois personnages

nommés plus haut: il leur sera ainsi communiqué une puissance moins abstraite. La vitalité se répandra

magnifiquement dans le torrent de leur appareil circulatoire, et vous verrez comme vous serez étonné

vous-même de rencontrer, là où d'abord vous n'aviez cru voir que des entités vagues appartenant au

domaine de la spéculation pure, d'une part, l'organisme corporel avec ses ramifications de nerfs et ses

< page précédente | 90 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.