bibliotheq.net - littérature française
 

Comte de Lautréamont - Les Chants de Maldoror

envoyait d'autres fonds avant le 1er septembre, époque à laquelle mon
corps fera une apparition devant la porte de votre banque, vous aurez

la bonté de me le faire savoir? Au reste, je suis chez moi à toute

heure du jour; mais vous n'auriez qu'à m'écrire un mot, et il est

probable qu'alors je le recevrai presque aussitôt que la demoiselle

qui tire le cordon, ou bien avant, si je me rencontre sur le

vestibule ...

« ... Et tout cela, je le répète, pour une bagatelle insignifiante
de formalité! Présenter dix ongles secs au lieu de cinq, la belle

affaire: après avoir réfléchi beaucoup, je confesse qu'elle m'a paru

remplie d'une notable quantité d'importance nulle ...»

L'extrême jeunesse de l'auteur atténuera sans doute la sévérité de certains jugements qui ne manqueront
pas d'être portés sur les Chants de Maldoror. Si Ducasse avait vécu, il eût pu devenir l'une des

gloires littéraires de la France. Il est mort trop tôt, laissant derrière lui son oeuvre éparpillée aux quatre

vents: et par une coïncidence curieuse, ses restes mortels ont subi le même sort que son livre. Inhumé

dans une concession temporaire du cimetière du Nord, le 25 novembre 1870, il en a été exhumé, le 20

janvier 1871, pour être réinhumé dans une autre concession temporaire. Il se trouve actuellement dans les

terrains désaffectés et repris par la Ville.

L. G.

Notes:

[1] La couverture et le titre sont ainsi composés: Les Chants - de - Maldoror - par - le comte de
Lautréamont - (Chants I, II, III, IV, V, VI) - Paris et Bruxelles - En vente chez tous les libraires -

1874
. Au dessous de la couverture, dans le double filet, cette mention: Tous droits de traduction
et de reproduction réservés
. Au verso du faux-titre: Bruxelles - Typ. de E. Wittmann. Cette
dernière indication est fausse, aucun imprimeur du nom de Wittmann n'ayant existé à Bruxelles.

Couverture brun-marron.

En 1869, l'auteur témoigna le désir de posséder quelques exemplaires de son livre; on lui en brocha une
dizaine. La couverture de ces exemplaires est jaune. Elle porte: Paris. En vente chez tous les libraires

(1869). Au verso du faux-titre et en quatrième page de la couverture: Bruxelles. Imprimerie de A.

Lacroix, Verboeckhoven et Cie, boulevard de Waterloo, 42
.

[2] V. la Plume, 2e année, no 33.

[3] La photogravure a rétabli le chiffre à sa place. Celui-ci se trouve en quatrième page de la lettre, barré
par un trait de plume.

CHANT PREMIER

Plût au ciel que le lecteur, enhardi et devenu momentanément féroce comme ce qu'il lit, trouve, sans se
désorienter, son chemin abrupt et sauvage, à travers les marécages désolés de ces pages sombres et

pleines de poison; car, à moins qu'il n'apporte dans sa lecture une logique rigoureuse et une tension

d'esprit égale au moins à sa défiance, les émanations mortelles de ce livre imbiberont son âme, comme

< page précédente | 5 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.