bibliotheq.net - littérature française
 

Comte de Lautréamont - Les Chants de Maldoror

un poignard, dans les côtes du pilleur d'épaves célestes! Autant vaut que l'argile dissolve ses atomes, de
cette manière que d'une autre.

FIN DU DEUXIÈME CHANT

CHANT TROISIÈME

Rappelons les noms de ces êtres imaginaires, à la nature d'ange, que ma plume, pendant le deuxième
chant, a tirés d'un cerveau, brillant d'une lueur émanée d'eux-mêmes. Ils meurent, dès leur naissance,

comme ces étincelles dont l'oeil a de la peine à suivre l'effacement rapide, sur du papier brûlé. Léman!...

Lohengrin!... Lombano!... Holzer!... un instant, vous apparûtes, recouverts des insignes de la jeunesse, à

mon horizon charmé; comme des cloches de plongeur. Vous n'en sortirez plus. Il me suffit que j'aie gardé

votre souvenir; vous devez céder la place à d'autres substances, peut-être moins belles, qu'enfantera le

débordement orageux d'un amour qui a résolu de ne pas apaiser sa soif auprès de la race humaine. Amour

affamé, qui se dévorerait lui-même, s'il ne cherchait sa nourriture dans des fictions célestes: créant, à la

longue, une pyramide de séraphins, plus nombreux que les insectes qui fourmillent dans une goutte d'eau,

il les entrelacera dans une ellipse qu'il fera tourbillonner autour de lui. Pendant ce temps, le voyageur,

arrêté contre l'aspect d'une cataracte, s'il relève le visage, verra, dans le lointain, un être humain, emporté

vers la cave de l'enfer par une guirlande de camélias vivants! Mais ... silence! l'image flottante du

cinquième idéal se dessine lentement, comme les replis indécis d'une aurore boréale, sur le plan vaporeux

de mon intelligence, et prend de plus en plus une consistance déterminée ... Mario et moi nous longions

la grève. Nos chevaux, le cou tendu, fendaient les membranes de l'espace, et arrachaient des étincelles

aux galets de la plage. La bise, qui nous frappait en plein visage, s'engouffrait dans nos manteaux, et

faisait voltiger en arrière les cheveux de nos têtes jumelles. La mouette, par ses cris et ses mouvements

d'aile, s'efforçait en vain de nous avertir de la proximité possible de la tempête, et s'écriait: «Où s'en

vont-ils, de ce galop insensé?» Nous ne disions rien; plongés dans la rêverie, nous nous laissions

emporter sur les ailes de cette course furieuse; le pêcheur, nous voyant passer, rapides comme l'albatros,

et croyant apercevoir, fuyant devant lui, les deux frères mystérieux, comme on les avait ainsi

appelés, parce qu'ils étaient toujours ensemble, s'empressait de faire le signe de la croix, et se cachait,

avec son chien paralysé, sous quelque roche profonde. Les habitants de la côte avaient entendu raconter

des choses étranges sur ces deux personnages, qui apparaissaient sur la terre, au milieu des nuages, aux

grandes époques de calamité, quand une guerre affreuse menaçait de planter son harpon sur la poitrine de

deux pays ennemis, ou que le choléra s'apprêtait à lancer, avec sa fronde, la pourriture et la mort dans des

cités entières. Les plus vieux pilleurs d'épaves fronçaient le sourcil, d'un air grave, affirmant que les deux

fantômes, dont chacun avait remarqué la vaste envergure des ailes noires, pendant les ouragans,

au-dessus des bancs de sable et des écueils, étaient le génie de la terre et le génie de la mer, qui

promenaient leur majesté, au milieu des airs, pendant les grandes révolutions de la nature, unis ensemble

par une amitié éternelle, dont la rareté et la gloire ont enfanté l'étonnement du câble indéfini des

générations. On disait que, volant côte à côte comme deux condors des Andes, ils aimaient à planer, en

cercles concentriques, parmi les couches d'atmosphères qui avoisinent le soleil; qu'ils se nourrissaient,

dans ces parages, des plus pures essences de la lumière; mais, qu'ils ne se décidaient qu'avec peine à

rabattre l'inclinaison de leur vol vertical, vers l'orbite épouvanté où tourne le globe humain en délire,

habité par des esprits cruels qui se massacrent entre eux dans les champs où rugit la bataille (quand ils ne

se tuent pas perfidement, en secret, dans le centre des villes, avec le poignard de la haine ou de

l'ambition), et qui se nourrissent d'êtres pleins de vie comme eux et placés quelques degrés plus bas dans

l'échelle des existences. Ou bien, quand ils prenaient la ferme résolution, afin d'exciter les hommes au

repentir par les strophes de leurs prophéties, de nager, en se dirigeant à grandes brassées, vers les régions

< page précédente | 49 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.