bibliotheq.net - littérature française
 

Comte de Lautréamont - Les Chants de Maldoror

et aptes à produire seulement un chimérique résultat. Je suis très loin de méconnaître ce qu'il y a de censé
dans chacune de tes syllabes; et, comme nous pourrions fatiguer inutilement notre voix, afin de lui faire

parcourir trois kilomètres de distance, il me semble que tu agirais avec sagesse, si tu descendais de ta

forteresse inexpugnable, et gagnais la terre ferme à la nage: nous discuterons plus commodément les

conditions d'une reddition qui, pour si légitime qu'elle soit, n'en est pas moins finalement, pour moi,

d'une perspective désagréable.» L'archange, qui ne s'attendait pas à cette bonne volonté, sortit des

profondeurs de la crevasse sa tête d'un cran, et répondit: «O Maldoror, est-il enfin arrivé le jour où tes

abominables instincts verront s'éteindre le flambeau d'injustifiable orgueil qui les conduit à l'éternelle

damnation! Ce sera donc moi, qui, le premier, raconterai ce louable changement aux phalanges des

chérubins, heureux de retrouver un des leurs. Tu sais toi-même et tu n'as pas oublié qu'une époque

existait où tu avais la première place parmi nous. Ton nom volait de bouche en bouche; tu es

actuellement le sujet de nos solitaires conversations. Viens donc ... viens faire une paix durable avec ton

ancien maître; il te recevra comme un fils égaré, et ne s'apercevra point de l'énorme quantité de

culpabilité que tu as, comme une montagne de cornes d'élan élevée par les Indiens, amoncelée sur ton

coeur.» Il dit, et il retire toutes les parties de son corps du fond de l'ouverture obscure. Il se montre,

radieux, sur la surface de l'écueil; ainsi un prêtre des religions quand il a la certitude de ramener une

brebis égarée. Il va faire un bond sur l'eau, pour se diriger à la nage vers le pardonné. Mais, l'homme aux

lèvres de saphir a calculé longtemps à l'avance un perfide coup. Son bâton est lancé avec force; après

maints ricochets sur les vagues, il va frapper à la tête l'archange bienfaiteur. Le crabe, mortellement

atteint, tombe dans l'eau. La marée porte sur le rivage l'épave flottante. Il attendait la marée pour opérer

plus facilement sa descente. Eh bien, la marée est venue; elle l'a bercé de ses chants, et l'a mollement

déposé sur la plage: le crabe n'est-il pas content? Que lui faut-il de plus? Et Maldoror, penché sur le sable

des grèves, reçoit dans ses bras deux amis, inséparablement réunis par les hasards de la lame: le cadavre

du crabe tourteau et le bâton homicide! «Je n'ai pas encore perdu mon adresse, s'écrie-t-il; elle ne

demande qu'à s'exercer; mon bras conserve sa force et mon oeil sa justesse.» Il regarde l'animal inanimé.

Il craint qu'on ne lui demande compte du sang versé. Où cachera-t-il l'archange? Et, en même temps, il se

demande si la mort n'a pas été instantanée. Il a mis sur son dos une enclume et un cadavre; il s'achemine

vers une vaste pièce d'eau, dont toutes les rives sont couvertes et comme murées par un inextricable

fouillis de grands joncs. Il voulait d'abord prendre un marteau, mais c'est un instrument trop léger, tandis

qu'avec un objet plus lourd, si le cadavre donne signe de vie, il le posera sur le sol et le mettra en

poussière à coups d'enclume. Ce n'est pas la vigueur qui manque à son bras, allez; c'est le moindre de ses

embarras. Arrivé en vue du lac, il le voit peuplé de cygnes. Il se dit que c'est une retraite sûre pour lui; à

l'aide d'une métamorphose, sans abandonner sa charge, il se mêle à la bande des autres oiseaux.

Remarquez la main de la Providence là où l'on était tenté de la trouver absente, et faites votre profit du

miracle dont je vais vous parler. Noir comme l'aile d'un corbeau, trois fois il nagea parmi le groupe de

palmipèdes, à la blancheur éclatante; trois fois, il conserva cette couleur distinctive qui l'assimilait à un

bloc de charbon. C'est que Dieu, dans sa justice, ne permit point que son astuce pût tromper même une

bande de cygnes. De telle manière qu'il resta ostensiblement dans l'intérieur du lac; mais, chacun se tint à

l'écart, et aucun oiseau ne s'approcha de son plumage honteux, pour lui tenir compagnie. Et, alors, il

circonscrivit ses plongeons dans une baie écartée, à l'extrémité de la pièce d'eau, seul parmi les habitants

de l'air, comme il l'était parmi les hommes! C'est ainsi qu'il préludait à l'incroyable événement de la place

Vendôme!

VII

Le corsaire aux cheveux d'or, a reçu la réponse de Mervyn. Il suit dans cette page singulière la trace des
troubles intellectuels de celui qui l'écrivit, abandonné aux faibles forces de sa propres suggestion.

< page précédente | 102 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.