bibliotheq.net - littérature française
 

Comte de Lautréamont - Les Chants de Maldoror

comme s'il était la proie d'un insultant cauchemar; les lignes du bonheur se peignirent sur son visage, ridé
par les chagrins; il s'agenouilla, plein d'humiliation, aux pieds de son protecteur. La reconnaissance était

entrée, comme un poison, dans le coeur du fou couronné! Il voulut parler, et sa langue s'arrêta. Il pencha

son corps en avant, et il retomba sur le carreau. L'homme aux lèvres de bronze se retire. Quel était son

but? Acquérir un ami à toute épreuve, assez naïf pour obéir au moindre de ses commandements. Il ne

pouvait mieux rencontrer et le hasard l'avait favorisé. Celui qu'il a trouvé, couché sur le banc, ne sait

plus, depuis un événement de sa jeunesse, reconnaître le bien du mal. C'est Aghone même qu'il lui faut.

VI

Le Tout-Puissant avait envoyé sur la terre un de ses archanges, afin de sauver l'adolescent d'une mort
certaine. Il sera forcé de descendre lui-même! Mais, nous ne sommes point encore arrivés à cette partie

de notre récit, et je me vois dans l'obligation de fermer ma bouche, parce que je ne puis pas tout dire à la

fois: chaque truc à effet paraîtra dans son lieu, lorsque la trame de cette fiction n'y verra point

d'inconvénient. Pour ne pas être reconnu, l'archange avait pris la forme d'un crabe tourteau, grand comme

une vigogne. Il se tenait sur la pointe d'un écueil, au milieu de la mer, et attendait le favorable moment de

la marée pour opérer sa descente sur le rivage. L'homme aux lèvres de jaspe, caché derrière une sinuosité

de la plage, épiait l'animal, un bâton à la main. Qui aurait désiré lire dans la pensée de ces deux êtres? Le

premier ne se cachait pas qu'il avait une mission difficile à accomplir: «Et comment réussir, s'écriait-il,

pendant que les vagues grossissantes battaient son refuge temporaire, là où mon maître a vu plus d'une

fois échouer sa force et son courage? Moi, je ne suis qu'une substance limitée, tandis que l'autre,

personne ne sait d'où il vient et quel est son but final. A son nom, les armées célestes tremblent; et plus

d'un raconte, dans les régions que j'ai quittées, que Satan lui-même, Satan, l'incarnation du mal, n'est pas

si redoutable.» Le second faisait les réflexions suivantes: elles trouvèrent un écho, jusque dans la coupole

azurée qu'elles souillèrent: «Il a l'air plein d'inexpérience; je lui réglerai son compte avec promptitude. Il

vient sans doute d'en haut, envoyé par celui qui craint tant de venir lui-même! Nous verrons, à l'oeuvre,

s'il est aussi impérieux qu'il en a l'air; ce n'est pas un habitant de l'abricot terrestre; il trahit son origine

séraphique par ses yeux errants et indécis.» Le crabe tourteau, qui, depuis quelque temps, promenait sa

vue sur un espace délimité de la côte, aperçut notre héros (celui-ci alors, se releva de toute la hauteur de

sa taille herculéenne), et l'apostropha dans les termes qui vont suivre: «N'essaie pas la lutte et rends-toi.

Je suis envoyé par quelqu'un qui est supérieur à nous deux, afin de te charger de chaînes, et mettre les

deux membres complices de ta pensée dans l'impossibilité de remuer. Serrer des couteaux et des

poignards entre tes doigts, il faut que désormais cela te soit défendu, crois-m'en; aussi bien dans ton

intérêt que dans celui des autres. Mort ou vif, je t'aurai; j'ai l'ordre de t'amener vivant. Ne me mets pas

dans l'obligation de recourir au pouvoir qui m'a été prêté. Je me conduirai avec délicatesse; de ton côté,

ne m'oppose aucune résistance. C'est ainsi que je reconnaîtrai, avec empressement et allégresse, que tu

auras fait un premier pas vers le repentir.» Quand notre héros entendit cette harangue, empreinte d'un sel

si profondément comique, il eut de la peine à conserver le sérieux sur la rudesse de ses traits hâlés. Mais,

enfin, chacun ne sera pas étonné si j'ajoute qu'il finit par éclater de rire. C'était plus fort que lui! Il n'y

mettait pas de la mauvaise intention! Il ne voulait certes pas s'attirer les reproches du crabe tourteau! Que

d'efforts ne fit-il pas pour chasser l'hilarité! Que de fois ne serra-t-il point ses lèvres l'une contre l'autre,

afin de ne pas avoir l'air d'offenser son interlocuteur épaté! Malheureusement son caractère participait de

la nature de l'humanité, et il riait ainsi que font les brebis! Enfin il s'arrêta! Il était temps! Il avait failli

s'étouffer! Le vent porta cette réponse à l'archange de l'écueil: «Lorsque ton maître ne m'enverra plus des

escargots et des écrevisses pour régler ses affaires, et qu'il daignera parlementer personnellement avec

moi, l'on trouvera, j'en suis sûr, le moyen de s'arranger, puisque je suis inférieur à celui qui t'envoya,

comme tu l'as dit avec tant de justesse. Jusque là, les idées de réconciliation m'apparaissent prématurées,

< page précédente | 101 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.