bibliotheq.net - littérature française
 

Pierre Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses

L'inconcevable empire que vous avez sur moi vous rend maîtresse absolue de mes sentiments; et si mon
amour seul vous résiste, si vous ne pouvez le détruire, c'est qu'il est votre ouvrage et non le mien.

Je ne demande point un retour dont jamais je ne me suis flatté. Je n'attends pas même cette pitié, que
l'intérêt que vous m'aviez témoigné quelquefois pouvait me faire espérer. Mais je crois, je l'avoue,

pouvoir réclamer votre justice.

Vous m'apprenez, Madame, qu'on a cherché à me nuire dans votre esprit. Si vous en eussiez cru les
conseils de vos amis, vous ne m'eussiez pas même laissé approcher de vous: ce sont vos termes. Quels

sont donc ces amis officieux? Sans doute ces gens si sévères, et d'une vertu si rigide, consentent à être

nommés; sans doute ils ne voudraient pas se couvrir d'une obscurité qui les confondrait avec de vils

calomniateurs; et je n'ignorerai ni leur nom, ni leurs reproches. Songez, Madame, que j'ai le droit de

savoir l'un et l'autre, puisque vous me jugez d'après eux. On ne condamne point un coupable sans lui dire

son crime, sans lui nommer ses accusateurs. Je ne demande point d'autre grâce, et je m'engage d'avance à

me justifier, à les forcer de se dédire.

Si j'ai trop méprisé, peut-être, les vaines clameurs d'un Public dont je fais peu de cas, il n'en est pas ainsi
de votre estime; et quand je consacre ma vie à la mériter, je ne me la laisserai pas ravir impunément. Elle

me devient d'autant plus précieuse, que je lui devrai sans doute cette demande que vous craignez de me

faire, et qui me donnerait, dites-vous, des droits à votre reconnaissance. Ah! loin d'en exiger, je croirai

vous en devoir, si vous me procurez l'occasion de vous être agréable. Commencez donc à me rendre plus

de justice, en ne me laissant plus ignorer ce que vous désirez de moi. Si je pouvais le deviner, je vous

éviterais la peine de le dire.

Au plaisir de vous voir, ajoutez le bonheur de vous servir, et je me louerai de votre indulgence. Qui peut
donc vous arrêter? ce n'est pas, je l'espère, la crainte d'un refus? je sens que je ne pourrais vous la

pardonner. Ce n'en est pas un que de ne pas vous rendre votre Lettre. Je désire plus que vous, qu'elle ne

me soit plus nécessaire: mais accoutumé à vous croire une âme si douce, ce n'est que dans cette Lettre

que je puis vous trouver telle que vous voulez paraître. Quand je forme le voeu de vous rendre sensible,

j'y vois que plutôt que d'y consentir, vous fuiriez à cent lieues de moi; quand tout en vous augmente et

justifie mon amour, c'est encore elle qui me répète que mon amour vous outrage; et lorsqu'en vous

voyant, cet amour me semble le bien suprême, j'ai besoin de vous lire, pour sentir que ce n'est qu'un

affreux tourment. vous concevez à présent que mon plus grand bonheur serait de pouvoir vous rendre

cette Lettre fatale: me la demander encore serait m'autoriser à ne plus croire ce qu'elle contient; vous ne

doutez pas, j'espère, de mon empressement à vous la remettre.

De.., ce 21 août 17**.

LETTRE XXXVI

LE VICOMTE DE VALMONT

À LA PRÉSIDENTE DE TOURVEL

(Timbrée de Dijon. )

< page précédente | 46 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.