bibliotheq.net - littérature française
 

Pierre Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses

serve des mêmes mots; mais on ne les arrange pas de même, ou plutôt on les arrange, et cela suffit.

Relisez votre Lettre: il y règne un ordre qui vous décèle à chaque phrase. Je veux croire que votre
Présidente est assez peu formée pour ne s'en pas apercevoir: mais qu'importe? l'effet n'en est pas moins

manqué. C'est le défaut des Romans; l'Auteur se bat les flancs pour s'échauffer, et le Lecteur reste froid.

Héloïse est le seul qu'on en puisse excepter; et malgré le talent de l'Auteur, cette observation m'a toujours

fait croire que le fond en était vrai. Il n'en est pas de même en parlant. L'habitude de travailler son organe

y donne de la sensibilité; la facilité des larmes y ajoute encore: l'expression du désir se confond dans les

yeux avec celle de la tendresse; enfin le discours moins suivi amène plus aisément cet air de trouble et de

désordre, qui est la véritable éloquence de l'amour; et surtout la présence de l'objet aimé empêche la

réflexion et nous fait désirer d'être vaincues.

Croyez-moi, Vicomte: on vous demande de ne plus écrire: profitez-en pour réparer votre faute et attendez
l'occasion de parler. Savez-vous que cette femme a plus de force que je ne croyais? Sa défense est bonne;

et sans la longueur de sa Lettre, et le prétexte qu'elle vous donne pour rentrer en matière dans sa phrase

de reconnaissance, elle ne se serait pas du tout trahie.

Ce qui me paraît encore devoir vous rassurer sur le succès, c'est qu'elle use trop de forces à la fois; je
prévois qu'elle les épuisera pour la défense du mot, et qu'il ne lui en restera plus pour celle de la chose.

Je vous renvoie vos deux Lettres, et si vous êtes prudent, ce seront les dernières jusqu'après l'heureux
moment. S'il était moins tard, je vous parlerais de la petite Volanges qui avance assez vite et dont je suis

fort contente. Je crois que j'aurai fini avant vous, et vous devez en être bien heureux. Adieu pour

aujourd'hui.

De... ce 24 août 17**.

LETTRE XXXIV

LE VICOMTE DE VALMONT

À LA MARQUISE DE MERTEUIL

Vous parlez à merveille, ma belle amie: mais pourquoi vous tant fatiguer à prouver ce que personne
n'ignore? Pour aller vite en amour, il vaut mieux parler qu'écrire; voilà, je crois, toute votre Lettre. Eh

mais! ce sont les plus simples éléments de l'art de séduire. Je remarquerai seulement que vous ne faites

qu'une exception à ce principe, et qu'il y en a deux. Aux enfants qui suivent cette marche par timidité et

se livrent par ignorance, il faut joindre les femmes Beaux-Esprits, qui s'y laissent engager par

amour-propre, et que la vanité conduit dans le piège. Par exemple, je suis bien sûr que la Comtesse de

B... qui répondit sans difficulté à ma première Lettre, n'avait pas alors plus d'amour pour moi que moi

pour elle; et qu'elle ne vit que l'occasion de traiter un sujet qui devait lui faire honneur.

Quoi qu'il en soit, un Avocat vous dirait que le principe ne s'applique pas à la question. En effet, vous
supposez que j'ai le choix entre écrire et parler, ce qui n'est pas. Depuis l'affaire du 19, mon inhumaine,

qui se tient sur la défensive, a mis à éviter les rencontres une adresse qui a déconcerté la mienne.

< page précédente | 43 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.