bibliotheq.net - littérature française
 

Pierre Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses

marque de confiance à celui qui a abusé de ma sécurité. vous me forcez à vous craindre, peut-être à vous
haïr: je ne le voulais pas; je ne voulais voir en vous que le neveu de ma plus respectable amie; j'opposais

la voix de l'amitié à la voix publique qui vous accusait. vous avez tout détruit; et, je le prévois, vous ne

voudrez rien réparer.

Je m'en tiens, Monsieur, à vous déclarer que vos sentiments m'offensent, que leur aveu m'outrage, et
surtout que, loin d'en venir un jour à les partager, vous me forceriez à ne vous revoir jamais, si vous ne

vous imposiez sur cet objet un silence qu'il me semble avoir droit d'attendre, et même d'exiger de vous.

Je joins à cette Lettre celle que vous m'avez écrite, et j'espère que vous voudrez bien de même me

remettre celle-ci; je serais vraiment peinée qu'il restât aucune trace d'un événement qui n'eût jamais dû

exister. J'ai l'honneur d'être, etc.

De... ce 21 août 17**.

LETTRE XXVII

CÉCILE DE VOLANGES

À LA MARQUISE DE MERTEUIL

Mon Dieu, que vous êtes bonne, Madame! comme vous avez bien senti qu'il me serait plus facile de vous
écrire que de vous parler! Aussi, c'est que ce que j'ai à vous dire est bien difficile; mais vous êtes mon

amie, n'est-il pas vrai? Oh! oui, ma bien bonne amie! Je vais tâcher de n'avoir pas peur; et puis, j'ai tant

besoin de vous, de vos conseils! J'ai bien du chagrin, il me semble que tout le monde devine ce que je

pense; et surtout quand il est là, je rougis dès qu'on me regarde. Hier, quand vous m'avez vue pleurer,

c'est que je voulais vous parler, et puis, je ne sais quoi m'en empêchait; et, quand vous m'avez demandé

ce que j'avais, mes larmes sont venues malgré moi. Je n'aurais pas pu dire une parole. Sans vous, Maman

allait s'en apercevoir, et qu'est-ce que je serais devenue? voilà pourtant comme je passe ma vie, surtout

depuis quatre jours!

C'est ce jour-là, Madame, oui je vais vous le dire, c'est ce jour-là que M. le Chevalier Danceny m'a écrit:
oh! je vous assure que quand j'ai trouvé sa Lettre, je ne savais pas du tout ce que c'était; mais, pour ne pas

mentir, je ne peux pas dire que je n'aie eu bien du plaisir en la lisant; voyez-vous, j'aimerais mieux avoir

du chagrin toute ma vie, que s'il ne me l'eût pas écrite. Mais je savais bien que je ne devais pas le lui dire,

et je peux bien vous assurer même que je lui ai dit que j'en étais fâchée: mais il dit que c'était plus fort

que lui, et je le crois bien; car j'avais résolu de ne lui pas répondre, et pourtant je n'ai pas pu m'en

empêcher. Oh! je ne lui ai écrit qu'une fois, et même c'était, en partie, pour lui dire de ne plus m'écrire:

mais malgré cela il m'écrit toujours; et comme je ne lui réponds pas, je vois bien qu'il est triste, et ça

m'afflige encore davantage: si bien que je ne sais plus que faire, ni que devenir, et que je suis bien à

plaindre.

Dites-moi, je vous en prie, Madame, est-ce que ce serait bien mal de lui répondre de temps en temps?
seulement jusqu'à ce qu'il ait pu prendre sur lui de ne plus m'écrire lui-même, et de rester comme nous

étions avant: car, pour moi, si cela continue, je ne sais pas ce que je deviendrai. Tenez, en lisant sa

< page précédente | 36 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.