bibliotheq.net - littérature française
 

Pierre Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses

la maison. Il voit d'abord deux couverts mis; ensuite un lit fait. Nous passons jusqu'au boudoir, qui était
dans toute sa parure. Là, moitié réflexion, moitié sentiment, je passai mes bras autour de lui et me laissai

tomber à ses genoux. "Ô mon ami! lui dis-je, pour vouloir te ménager la surprise de ce moment, je me

reproche de l'avoir affligé par l'apparence de l'humeur; d'avoir pu un instant voiler mon coeur à tes

regards. Pardonne moi mes torts: je veux les expier à force d'amour." Vous jugez de l'effet de ce discours

sentimental. L'heureux Chevalier me releva, et mon pardon fut scellé sur cette même ottomane où vous et

moi scellâmes si gaiement et de la même manière notre éternelle rupture.

Comme nous avions six heures à passer ensemble, et que j'avais résolu que tout ce temps fût pour lui
également délicieux, je modérai ses transports, et l'aimable coquetterie vint remplacer la tendresse. Je ne

crois pas avoir jamais mis tant de soin à plaire, ni avoir été jamais aussi contente de moi. Après le souper,

tour à tour enfant et raisonnable, folâtre et sensible, quelquefois même libertine, je me plaisais à le

considérer comme un Sultan au milieu de son Sérail, dont j'étais tour à tour les Favorites différentes. En

effet, ses hommages réitérés, quoique toujours reçus par la même femme, le furent toujours par une

Maîtresse nouvelle.

Enfin au point du jour il fallut se séparer; et, quoi qu'il dît, quoi qu'il fit même pour me prouver le
contraire, il en avait autant de besoin que peu d'envie. Au moment où nous sortîmes et pour dernier

adieu, je pris la clef de cet heureux séjour, et la lui remettant entre les mains: "Je ne l'ai eue que pour

vous, lui dis-je; il est juste que vous en soyez maître: c'est au Sacrificateur à disposer du Temple." C'est

par cette adresse que j'ai prévenu les réflexions qu'aurait pu lui faire naître la propriété, toujours suspecte,

d'une petite maison. Je le connais assez, pour être sûre qu'il ne s'en servira que pour moi; et si la fantaisie

me prenait d'y aller sans lui, il me reste bien une double clef. Il voulait à toute force prendre jour pour y

revenir; mais je l'aime trop encore, pour vouloir l'user si vite. Il ne faut se permettre d'excès qu'avec les

gens qu'on veut quitter bientôt. Il ne sait pas cela, lui; mais, pour son bonheur, je le sais pour deux.

Je m'aperçois qu'il est trois heures du matin, et que j'ai écrit un volume, ayant le projet de n'écrire qu'un
mot. Tel est le charme de la confiante amitié:

c'est elle qui fait que vous êtes toujours ce que j'aime le mieux, mais, en vérité, le Chevalier est ce qui me
plaît davantage.

De... ce 12 août 17**.

LETTRE XI

LA PRÉSIDENTE DE TOURVEL

À MADAME DE VOLANGES

Votre Lettre sévère m'aurait effrayée, Madame, si, par bonheur, je n'avais trouvé ici plus de motifs de
sécurité que vous ne m'en donnez de crainte. Ce redoutable M. de Valmont, qui doit être la terreur de

toutes les femmes, paraît avoir déposé ses armes meurtrières, avant d'entrer dans ce Château. Loin d'y

former des projets, il n'y a pas même porté de prétentions; et la qualité d'homme aimable que ses ennemis

< page précédente | 18 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.